Coronavirus Covid-19 : quand doit-on obligatoirement porter un masque ?

Si le gouvernement a décidé de ne pas l'imposer sur tout l'espace public, le port du masque reste obligatoire dans plusieurs situations spécifiques. 

Des passagers munis de masques de protection sur le quai du tramway d'Orléans le 6 mai 2020, image d'illustration.
Des passagers munis de masques de protection sur le quai du tramway d'Orléans le 6 mai 2020, image d'illustration. © Pascal Proust / MaxPPP
Depuis plusieurs semaines maintenant, l'Académie de médecine met en avant l'utilisation du masque de protection dans l'espace public, et promeut une stratégie du "mieux que rien". En somme, rien ne remplace les gestes barrières contre le coronavirus, mais le masque est un bon complément.

Alors avec l'arrivée du déconfinement il y a une semaine, le masque aurait pu envahir l'espace public. Le gouvernement, prudent, a cependant décidé de ne pas rendre obligatoire le port du masque, même "grand public". 
 
Restent quelques situations bien précises, dans lesquelles le masque est obligatoire.
 Le gouvernement a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans tous les tranports en commun pour les conducteurs et les passagers de plus de 11 ans. Dans des métros et tramway souvent bondés, la mesure est apparue comme nécessaire dès le déconfinement. 

Sur son site, la métropole d'Orléans précise qu'elle "va déployer des « coachs transports » pour informer les usagers et distribuer des masques en appoint aux personnes qui n'auraient pas pu s'en procurer. Par la suite, l'absence de port de masque fera l'objet d'une verbalisation, donc une amende de 135 euros."

Sur le réseau tourangeau de Fil Bleu, l'absence de masque est déjà répréhensible de 135 euros d'amende.

Dans les transports scolaires, les conducteurs devront également porter un masque, ainsi que les élèves à partir du collège.
 
Durant toute leur présence dans un établissement scolaire, les enseignants ont désormais l'obligation de porter un masque. C'est le cas dans les écoles, dont nombre ont fait leur rentrée dès cette semaine, mais aussi dans les collèges, dont certains rouvriront dès ce lundi 18 mai.

Comme l'explique CNews, les professionnels de la petite enfance sont également concernés par cette obligation, dès que le mètre de distanciation n'est pas respecté. 
 
Certains commerçants peuvent tout bonnement et simplement refuser l'entrée de clients non-munis de masques de protection. Les grandes enseignes peuvent aussi être concernés, à l'instar du magasin Ikéa de Tours, comme le remarque France Bleu

Cas particulier : celui des coiffeurs. Une note sanitaire validée par le gouvernement impose ainsi le port du masque à chaque client. Et lors d'une taille de barbe, le port d'une visière est obligatoire en plus du masque pour l'employé.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société coronavirus - confinement : conseils pratiques transports en commun transports