Coronavirus : témoignages d'assistantes maternelles en Indre-et-Loire

Si les crèches sont fermées depuis le début du confinement, les assistantes maternelles continuent à travailler. Elles peuvent accueillir six enfants en plus des leurs sur dérogation de la protection maternelle et infantile.Témoignages dans le secteur de Monts en Indre-et-Loire. 

Photo d'illustration/ Depuis la mis en place du confinement, les assistantes maternelles peuvent garder jusqu'à six enfants
Photo d'illustration/ Depuis la mis en place du confinement, les assistantes maternelles peuvent garder jusqu'à six enfants © Maxppp/Le Républicain lorrain/Philippe Neu

Certains parents voulaient que je garde leurs enfants alors qu'ils ne travaillaient pas. Mon médecin m'a mise en arrêt vendredi car mon fils et moi sommes à risque. 

C'est pour se protéger que Chrystelle, assistante maternelle à Monts en Indre-et-Loire, a décidé de suivre les recommandations de son médecin.

Il m'a arrêtée car je ne pouvais pas continuer à garder quatre enfants plus mon fils de 6 ans en pleine épidémie. C'était trop dangereux. J'ai préféré la sécurité.

La salle de jeux de Chrystelle, assistante maternelle à Monts en Indre-et-Loire, n'accueille plus d'enfants depuis lundi.
La salle de jeux de Chrystelle, assistante maternelle à Monts en Indre-et-Loire, n'accueille plus d'enfants depuis lundi. © Chrystelle Bonamy, DR

Le choix a été difficile à faire pour cette assistante maternelle de 34 ans.

Je vais perdre trois jours de salaire à cause des carences de la sécurité sociale. Mais avec mon fils en CP à qui je dois faire l'école à la maison, quatre enfants à garder de moins de 3 ans et mon mari qui travaille à l'extérieur, j'étais coincée.

En fait Chrystelle n'aura pas de jour de carence car, parmi les dispositions annoncées samedi à l'Assemblée nationale par le Premier ministre dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, la suppression du jour de carence est confirmée. 

Les salariés des secteurs privé et public seront donc intégralement indemnisés dès le premier jour de leur arrêt.

Chrystelle adore son métier mais elle est désarçonnée.

J'ai tenu une semaine. J'attends maintenant un décret qui nous demande de garder les enfants des soigants. Là je comprendrais. Mais se mettre en danger pour garder les enfants de parents qui ne travaillent pas en ce moment ? C'est absurde.

Chrystelle Bonamy, assistante maternelle à Monts en Indre-et-Loire
Chrystelle Bonamy, assistante maternelle à Monts en Indre-et-Loire © Chrystelle Bonamy, DR

La possibilité de garder davantage d'enfants pendant l'état d'urgence sanitaire 

Une assistante maternelle peut habituellement garder jusqu'à quatre enfants en plus des siens si elle dispose d'un agrément complet. Au maximum, elle peut avoir six enfants à la maison.

Avec la crise sanitaire liée au coronavirus, une assistante maternelle peut en garder davantage si elle obtient une dérogation de la protection maternelle et infantile (PMI), un service qui dépend du Conseil départemental.

En l'occurrence, depuis le 16 mars, elle est autorisée à garder simultanément non pas quatre enfants mais six enfants des "personnels prioritaires et indispensables à la vie des Français"."Article 1er I. – Par dérogation au premier alinéa de l’article L. 421-4 du code de l’action sociale et des familles, et sous réserve du respect de conditions de sécurité suffisantes, l’assistant maternel est autorisé à accueillir en cette qualité jusqu’à six enfants simultanément. Ce nombre est toutefois diminué du nombre d’enfants de moins de trois ans de l’assistant maternel présents à son domicile. Le nombre de mineurs de tous âges placés sous la responsabilité exclusive de l’assistant maternel présents simultanément à son domicile ne peut excéder huit. L’assistant maternel qui, en application du premier alinéa, accueille simultanément un nombre d’enfants supérieur au nombre précisé par son agrément en informe sous 48 heures le président du conseil départemental en indiquant le nombre de mineurs qu’il accueille en qualité d’assistant maternel, les noms, adresses et numéros de téléphone de leurs représentants légaux ainsi que le nombre et l’âge des autres mineurs présents à son domicile qui sont placés sous sa responsabilité exclusive. II. – Les dispositions du I sont applicables à compter de l’entrée en vigueur de la présente ordonnance jusqu’à une date fixée par arrêté du ministre chargé de la famille et, au plus tard, jusqu’au 31 juillet 2020."


 
Le conseil scientifique du ministère de la Santé estime que le risque de contagion est "suffisamment réduit lorsque les groupes d’enfants ne dépassent pas le nombre de 10".

Il appartient également aux assistantes maternelles de reproduire régulièrement les fameux "gestes barrière", au premier rang desquels figure le lavage des mains. Pour rappel, les enfants sont très peu touchés par l’épidémie mais demeurent des vecteurs de transmission virale.

Des assistantes maternelles inquiètes pour l'avenir

Lydie Girard, assistante maternelle à Monts depuis 2005
Lydie Girard, assistante maternelle à Monts depuis 2005 © Lydie Girard -DR

Ces femmes souvent appelées "nounous", qui travaillent en moyenne 55 ou 60 heures par semaine d'habitude, sont inquiètes pour l'avenir. " J'ai peur de voir mes revenus baisser", confie Lydie, assitante maternelle depuis 15 ans.

D'habitude, j'en garde quatre. Là je n'ai qu'un petit vendredi. Mais j'espère que je vais être payée quand même.

Cette maman de deux adolescents élève seule ses enfants. "Je gagne 2000 euros par mois mais si je suis au chômage partiel à 80% ça va être difficile." 

Un chômage partiel à 80% au lieu de 84% vécu comme une injustice


C'est officiel depuis ce lundi 30 mars. Pajemploi qui verse le salaire aux assistantes maternelles a confirmé que " les assitantes maternelles au chômage partiel serait indemnisées à hauteur de 80% du montant net des heures non réalisées" au lieu de 84% comme tous les autres salariés.

" En plus de cette indemnité à hauteur de 80% du montant net des heures prévues et non travaillées, l’employeur peut faire le choix de verser les 20 % complémentaires de la rémunération sous la forme d’un don solidaire. Ce montant ne sera pas soumis à prélèvement," peut-on lire sur le site de Pajemploi. 

" Je trouve ça tellement injuste qu'on ne soit pas indemnisé comme tout le monde", s'insurge Nathalie, assistante maternelle à Villeperdue en Indre-et-Loire. "Certains parents vont payer la totalité quand ils nous emploient à mi-temps mais ceux qui nous emploient à plein temps, cela va leur coûter beaucoup trop cher. "

Et d'ajouter : "C'est encore la preuve que notre métier est mal considéré. "

"Avec un bébé, il y a des gestes barrières qu'on ne peut pas appliquer"

"J'embauche à 6h pour garder un petit dont la maman est aide-soignante dans un Ehpad. Sans moi, elle ne peut pas aller travailler," nous explique Nathalie, fière de son métier et du rôle qu'elle a à jouer dans cette crise. "Mais il faut qu'on soit reconnue à notre juste valeur."

Avant de conclure :

Je n'ai pas de masque alors que je m'occupe d'un bébé de 6 mois dont la maman travaille dans un Ehpad. Je l'ai souvent dans les bras, je l'embrasse. Avec un bébé de cet âge-là, il y a certains gestes barrières qu'on ne peut pas appliquer, même si on se lave les mains souvent.

L'Indre-et-Loire compte 4 522 assistantes maternelles qui gardent 15 634 enfants de moins de 3 ans.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation