On vous embarque !

Le dimanche à 12.55
Logo de l'émission On vous embarque !

L’éco-pâturage : pourquoi remplacer les produits phytosanitaires et les machines d’entretien par des animaux

En Centre-Val de Loire, l'éco-pâturage permet de s'occuper des espaces verts grâce à des animaux
En Centre-Val de Loire, l'éco-pâturage permet de s'occuper des espaces verts grâce à des animaux

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ont l’interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts. Pour les remplacer, certains ont décidé de se tourner vers nos meilleurs alliés : les animaux (moutons, chevaux, chèvres). Exemple à Orléans.

Par Julia Inventar (avec NR)

Revoir l'émission

L'éco-pâturage, une histoire ancienne

Pratiqué par nos ancêtres dans les zones naturelles et montagneuses, l’éco-pâturage a longtemps été mis de côté au profit de l’entretien mécanique et chimique des espaces verts.

Aujourd’hui, les consciences s’éveillent sur l’impact environnemental de telles méthodes, et il fait son retour en force.
 

L'éco-pâturage, c'est de l'entretien d'espaces verts avec des chèvres et des moutons. Nathalie Fourage, présidente de l'association La Moutonte


Avec de multiples avantages, cette pratique s’impose comme une méthode alternative pour la gestion des espaces paysagers en milieu urbain. Du côté écologie, elle permet de préserver la biodiversité- oiseaux et insectes n’étant plus chassés par les machines ou les produits-, de diminuer l’impact environnemental lié à l’entretien, ou encore de créer de l’engrais naturel à partir des déjections animales.

Au-delà des aspects environnementaux, l’éco-pâturage joue aussi sur l’axe social et pédagogique : amélioration du cadre de vie, économies, transformation des sites en lieux d’échange, de sensibilisation et de lien social, diminution des nuisances sonores, ou encore gain de temps sur l’entretien des zones difficiles et diminution des prises de risques.
 

Quelles espèces pour le pâturage écolo ? Moutons, chevaux, chèvres...

Selon le milieu choisi et les objectifs visés, plusieurs espèces rustiques ou races locales sont utilisées : bovins, équins ou encore caprins.

Dans tous les cas, il faut choisir l’espèce en fonction du site : par exemple, le mouton agit comme une tondeuse, alors que la chèvre agit davantage comme une débroussailleuse. Exemple ci-dessous avec des animaux sur le site du CNRS d'Orléans :

Une pratique qui remet au goût du jour les races domestiques abandonnées et permet la pérennisation des races anciennes. En France, plus de 300 entreprises et 250 collectivités se sont engagées dans une démarche d’éco-pâturage. 

Il n’est donc pas rare de croiser chèvres ou moutons dans les espaces verts des hôpitaux, des prisons, des écoles, des sites industriels ou encore des sièges sociaux des entreprises. Et pour cause, de nombreux groupes proposent des solutions clés en mains pour se mettre à l’éco-pâturage en douceur : installation, suivi régulier par un berger, tonte, soins vétérinaires, et même applications dédiées !

A Orléans, le CNRS, Centre national de recherche scientifique, pratique l'éco-pâturage.
 

Benjamin, de la chaîne YouTube CleanWalker dans "On vous embarque !"

Benjamin Carboni, le youtubeur qui tient la chaîne CleanWalker est à Orléans pour nous montrer comment marche concrètement la pratique de l'éco-pâturage. Il se rend sur le site du CNRS, le Centre national de recherche scientifique à Orléans-la-Source, qui utilise des animaux pour s'occuper des espaces verts.

Rendez-vous dans l'émission "On vous embarque !" diffusée le dimanche 7 avril 2019 à 12h55 sur France 3 Centre-Val de Loire. Voici un extrait de l'émission :


 

A lire aussi

Réaction de Marc Sarreau après sa victoire sur le Tour de Vendée