Encadrement des enfants youtubeurs : qu'ont voté vos députés du Centre-Val de Loire ?

Le 13 février, une proposition de loi pour protéger les enfants exposés sur la plateforme a été votée. Qu'en ont pensé vos députés ? 

Un enfant montre son application Youtube sur sa tablette - Photo d'illustration
Un enfant montre son application Youtube sur sa tablette - Photo d'illustration © TELAM/MAXPPP
Le 13 février, l'Assemblée Nationale a voté une proposition de loi déposée par plusieurs élus du groupe LREM, visant à mieux encadrer et protéger les jeunes et très jeunes youtubeurs. 

"Depuis plusieurs années, des vidéos mettant en scène des enfants lors de différents moments de leur vie sont publiées sur les plateformes de partage de vidéos telles que YouTube. Les enfants sont ainsi amenés à être filmés dans le cadre d’activités de loisir, de défis et de tutoriels ou en train de tester, de déguster ou de déballer divers produits" constate le texte de loi.

Et cette activité est largement rentable. En 2019, par exemple, la 3ème "star" la plus rentable de Youtube selon Forbes était Anastasia Radzinskaya, âgée de 5 ans. Autre idole de la plateforme, avec sa chaîne Life with MaK, plus d'un millions d'abonnées : une enfant de 13 ans nommé Makenna, qui manie l'ASMR. Une pratique qui utilise sons du quotidien et chuchotement pour relaxer, mais également atteindre ce que les habitués appellent "eargasm", un orgasme auditif. Ces exemples illustrent les dérives que craignent les députés français, alors même que la plateforme Youtube est sous le feu des critiques pour laisser ces enfants sans défense face aux messages haineux, aux fausses informations, et même aux réseaux pédophiles qui détournent ces images de leur but initial. 

"Contrairement aux enfants du spectacle, les horaires et la durée de tournage de ces enfants ne sont pas encadrés par le droit du travail" écrivent les élus, qui évoquent une potentielle exploitation de ces enfants par leur famille ou des tiers. Cette nouvelle loi aura plusieurs effets. D'abord, appliquer aux jeunes stars de youtube le cadre "prévu pour les enfants faisant du mannequinat", encadrer leurs horaires et sécuriser une partie de leur rémunération. Elle crée aussi un droit à l'oubli pour ces enfants, "en assurant le retrait obligatoire des images concernées lorsque le mineur en fait la demande."
 

Qu'on voté vos députés ?


Sur les 23 députés de notre région, seuls 2 étaient présents pour le vote de ce texte : la députée du Cher Nadia Essayan et le député d'Indre-et-Loire Philippe Chalumeau. Le projet de loi a été adopté à l'unanimité par les 69 députés présents, sur 577 que compte l'Assemblée Nationale. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réseaux sociaux société internet économie politique jeunesse famille