• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Encore un peu d'espoir pour le petit robot Philae

La toute première photo effectuée par Philae depuis la surface de la comète Tchouri / © Maxppp
La toute première photo effectuée par Philae depuis la surface de la comète Tchouri / © Maxppp

Le célèbre robot Philae, hôte de la comète "Tchouri" et muet depuis plus de cinq mois, pourrait encore sortir de son silence d'ici fin janvier a annoncé lundi le Centre national d'études spatiales (CNES).

Par Ch.L/AFP

La probabilité que l'on ait un contact diminue au fur et à mesure que le temps avance mais on ne peut pas dire aujourd'hui que c'est définitivement terminé. On continue à écouter et on espère encore jusqu'à fin janvier.  (CNES)







Une première historique

Philae, après plus de dix ans de voyage comme passager de la sonde Rosetta, a réalisé le 12 novembre 2014 une première historique en atterrissant sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Après plusieurs rebonds imprévus, le robot s'est stabilisé à l'ombre, entre deux falaises. Il a réalisé 60 heures avant de s'éteindre faute d'un ensoleillement suffisant pour recharger ses batteries solaires. 

Il s'est réveillé à l'improviste le 13 juin, a établi plusieurs contacts avec la Terre mais ne communique plus depuis le 9 juillet. 

La comète s'éloigne du soleil

"La comète sur laquelle est posé Philae s'éloigne du soleil donc la quantité d'énergie reçue par les panneaux solaires diminue", a expliqué Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta au CNES à Toulouse . "On fait des calculs d'ensoleillement mais sans connaître très précisément les rochers qui entourent le robot et qui peuvent projeter des ombres sur les panneaux solaires et empêcher de les recharger", a expliqué le scientifique. Mais selon ces calculs, c'est fin janvier que le taux d'ensoleillement du robot deviendra trop faible et sa température interne trop basse pour fonctionner.

"D'un autre coté, l'orbiteur Rosetta s'approche de la surface de la comète donc améliore potentiellement ses chances de contact" avec le robot, a-t-il ajouté. "On a même eu deux petits bip ces derniers jours, le premier dans la nuit du 21 au 22 décembre et le deuxième le 25", mais on n'est pas sûr à 100% que ce soit un message de Philae".  

Philae est équipé de nombreux instruments spatiaux dont certains ont été conçus par les chercheurs orléanais du laboratoire de Physique et de chimie de l'Espace (LPC2E)

La mission Rosetta prendra fin en septembre 2016 avec l'atterrissage de cette dernière sur Tchouri.

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus