Aéromodélisme : à 12 ans, il représente la France aux championnats du monde

Nicolas pilote des monoplaneurs électriques. / © FFAM
Nicolas pilote des monoplaneurs électriques. / © FFAM

Un pilote junior de l'Aéro model club de Châteaudun, Nicolas Chansard, s'envolera bientôt pour la Slovaquie. Du 11 au 18 août, il représentera la France au championnat du monde de "motoplaneur électrique de durée thermique F5J".

Par Bertrand Mallen

C'est une graine de champion qui prend son envol. A 12 ans, Nicolas Chansard est le plus jeune pilote de l'équipe de France d'aéromodélisme, catégorie des "monoplaneurs électrique de durée thermique F5J". "Depuis que je suis tout petit, mon père m'emmenait, et puis j'y ai pris goût", raconte au téléphone le jeune pilote de l'Aéro model club de Châteaudun. Accompagné de son père Hervé, lui aussi compétiteur chevronné, il a pris la route en direction de Boleraz, en Slovaquie. Avec, en ligne de mire, un titre de champion du monde par équipe. 
Un planeur F5J en vol

"C'est un pilote hyper calme"

Le principe de la compétition en F5J, l'une des nombreuses catégories du championnat, est simple. Les planeurs électriques bénéficient de 30 secondes d'utilisation de leur moteur pour atteindre l'altitude désirée, puis doivent, pour un score optimal, rester en vol dix minutes et se poser sur une sible d'un rayon de dix mètres. La discipline exige un bon mental, de la persévérance et une bonne dose de sang-froid.

Et ça tombe bien, car Nicolas Chansard possède ces qualités, d'après ceux qui le connaissent bien. "C'est un pilote hyper calme, très concentré, et qui va jusqu'au bout de son idée", se réjouit Pierre-Louis Le Mesle, président de l'Aéro model club de Châteaudun. Mais le secret de Nicolas, c'est tout simplement qu'il s'amuse. "Il y va pour s'amuser, il va dans un esprit serein, pas forcément pour gagner à tout prix, mais pour faire de son mieux sans se mettre la pression."

Et jusqu'ici, cette manière de "voler décontracté" lui a plutôt réussi. Déjà médaillé d'or à la Coupe de France junior F5J en 2015, il aligne depuis les places sur les podiums nationaux. Alors que sa route l'entraîne en Slovaquie se frotter aux meilleurs mondiaux, il reconnaît ressentir "un petit peu de pression". Mais pas de quoi lui couper les ailes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de Marc Sarreau après sa victoire sur le Tour de Vendée

Les + Lus