Port du masque obligatoire en entreprise dès le 1er septembre : le Covid-19 va t-il faire disparaître le coworking ?

L'Espace by MAAARS est le premier espace de travail partagé en Eure-et-Loir et se veut un lieu de rencontre et de création pour les entreprises et les professionnels indépendants. Sa fondatrice craint que la crise sanitaire et ses conséquences fragilisent ce modèle.

Quel avenir pour les espaces de coworking après le Covid-19 ?
Quel avenir pour les espaces de coworking après le Covid-19 ? © Photo d'illustration. Marc ROGER / PHOTOPQR / MAXPPP
L'Espace by MAAARS a ouvert ses portes le 21 mars 2019 à Châteaudun, dans l'Eure-et-Loir. "C'était à l'occasion de la première journée nationale du coworking", se rappelle Sabine-Rose Aronsfrau-Moreau, sa fondatrice. 

À 54 ans, cette entrepreneure de la première heure a "roulé sa bosse" dans des domaines très variés, à l'image de l'événementiel, du recrutement et du management. Originaire de la région Île-de-France, elle a choisi de s'implanter dans les anciens locaux de la CCI avec son mari pour encourager le développement des entreprises dans le département. Sa stratégie ? Provoquer une émulation, en proposant des conseils personnalisés et en permettant aux acteurs du monde de l'entreprise de se réunir.Dans les 693 mètres carrés qu'elle met à leur disposition, on trouve des bureaux et des salles de conférence privées, que les entreprises peuvent réserver à la demande, mais aussi un grand espace réservé au coworking "avec une très bonne connexion internet et du matériel de pointe". Les patrons de TPE, autoentrepreneurs et indépendants, qui payent l'accès à ce lieu, s'y retrouvent pour travailler sur leurs projets et échanger. 

Évoluer dans un espace tel que le nôtre permet d'échapper à la solitude dans le travail : on peut faire la connaissance d'autres entrepreneurs, qui ont peut-être les mêmes problématiques que nous ou des problématiques différentes. Cela permet d'aller de l'avant ensemble et de créer des synergies professionnelles. On peut aussi rencontrer des futurs clients ou fournisseurs.

Sabine-Rose Aronsfrau-Moreau, fondatrice de L'Espace by MAAARS

Les gestes barrières freinent le "travailler ensemble"

Après deux mois de fermeture à cause du confinement, l'espace de travail partagé a rouvert ses portes le 11 mai. Mais pour pouvoir accueillir du public dans des conditions optimales, il a fallu s'adapter.

"Le propre d'un tiers-lieu, c'est d'être flexible, de jouer avec la mobilité des gens et du matériel. Mais là, on a dû vraiment tout réagencer et tout déménager pour assurer le respect de la distanciation sociale. Par exemple, dans une salle de 70 mètres carrés, nous n'avons laissé que 9 postes de travail."

Le port du masque est obligatoire dans les couloirs et les lieux communs de L'Espace, les "coworkers" sont toutefois autorisés à le retirer lorsqu'ils sont à leur bureau. Mais malgré le respect strict de ces règles, le lieu peine à voir revenir ses habitués.

Sabine-Rose Aronsfrau-Moreau craint même que la situation soit encore pire à partir du 1er septembre. À partir de cette date, le port du masque sera obligatoire en entreprise, en toute circonstance. "Certains de mes clients me disent déjà qu'ils préféreront rester chez eux plutôt que de venir à L'Espace et de porter un masque toute la journée", s'inquiète la Dunoise.

Il y a aussi un autre problème : le respect de la distanciation sociale et le port du masque rendent plus compliqués la création de liens et limitent de fait la stimulation créative. Difficile donc de faire du coworking sans pouvoir co-travailler.
L'espace de coworking.
L'espace de coworking. © Espace by MAAARS

Le coworking a-t-il de l'avenir dans un monde post-Covid-19 ?

Difficile d'y voir clair pour les gérants d'espaces de coworking. Sabine-Rose Aronsfrau-Moreau a la sensation que son tiers-lieu se trouve dans une zone grise, "qui ne coche aucune case". "Nous n'avons pas pu avoir accès au Fonds de solidarité pour le Covid-19, alors que nous remplissions a priori toutes les conditions", regrette-t-elle.

La chef d'entreprise, qui a subi de nombreuses pertes ces derniers mois, se rassure avec la trésorerie qui lui reste.

Je sais que je vais m'en sortir et je vais me battre pour ça. Mais de nombreux tiers-lieux à l'image du mien ne tiendront pas le choc. De fait, le coworking est mis à mal et c'est dommage car nous avons besoin de ces lieux pour innover et créer de la richesse économique.

Sabine-Rose Aronsfrau-Moreau, fondatrice de L'Espace by MAAARS

Mais l'avenir n'est pas si noir : les espaces de coworking pourraient à terme attirer une nouvelle clientèle de télétravailleurs. De plus en plus d'entreprises réfléchissent à flexibiliser leur activité et à limiter le travail en présentiel : ces lieux de travail partagés pourraient donc être une bonne option pour ceux qui souhaitent travailler dans une ambiance stimulante, tout en évitant "le bruit de la machine à laver qui tourne toute la journée à la maison."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie coronavirus/covid-19 santé société start-up emploi