Eure-et-Loir : minibus et tombolas pour inciter les jeunes et les touristes à se faire vacciner contre la Covid-19

Lors d’un point presse ce mardi 13 juillet, la préfète d’Eure-et-Loir a annoncé la mise en oeuvre de plusieurs mesures cet été pour accélérer la vaccination contre la Covid-19. Parmi elles, un minibus qui sillonnera le département et des tombolas.
© France 3 CVDL

A gagner : abonnements dans des salles de sport, dans des centres aquatiques, ou encore des casques audio. Des cadeaux à remporter lors d’une tombola en échange de la vaccination contre la Covid-19, c’est l’une des mesures annoncées par la préfète d’Eure-et-Loir, Françoise Souliman, mardi 13 juillet lors d’un point presse. 

Principalement à destination des jeunes, ces tombolas devraient être mises en place à partir de la fin juillet, dans les centres de vaccination de Dreux et de Chartres. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Françoise Souliman à nos confrères de Radio Intensité et de L’Echo Républicain.

Cette idée fleurit petit à petit en France et à l’étranger. Le ministre de la Santé Olivier Véran déclarait d’ailleurs sur France Inter le 9 juillet dernier qu’il avait “demandé aux ARS de regarder avec intérêt les initiatives locales” de ce type. Il semble que le gouvernement soit passé à la vitesse supérieure puisque c’est la préfecture elle-même qui souhaite mettre des tombolas en place.

"Un terrible aveu d'échec"

Mais ce genre d’actions divise : pourquoi transformer ce geste citoyen, altruiste qu’est la vaccination en un acte purement intéressé ?

Pour le Dr Julien Cottet, président du conseil de l’ordre des médecins d’Eure-et-Loir, “tout ce qui peut être fait est bon à prendre”, y compris une tombola pour inciter les gens à se faire vacciner en contrepartie d'un cadeau.

Il reconnaît cependant que “c’est un terrible aveu d’échec médical et scientifique”. "Parce que nous, médecins, on n’a pas réussi à convaincre les gens, à leur expliquer scientifiquement. Pourquoi ? Parce que c’est la désinformation qui règne sur les réseaux sociaux et les plateaux de télévision : une vidéo sur TikTok qui raconte n’importe quoi a plus d’impact que votre médecin dans son cabinet", se désole-t-il.

Il dément par exemple que les vaccins soient inefficaces contre les variants, ou bien réagit sur la rumeur selon laquelle la vaccination n’empêcherait pas la transmission du virus : "C’est faux, quand on est vacciné on ne transmet pas. Maintenant on a le recul pour l'affirmer et cela a été publié dans plusieurs revues", assène-t-il en citant The Lancet ou The New England Journal of Medicine

D’après le Dr Cottet, “il y a un vrai problème, beaucoup plus ancien, ancré depuis les années 1990 avec la vaccination contre l’hépatite B.”  

Il n’y a pas eu de pédagogie de faite et on le paye maintenant.

Dr Julien Cottet

Minibus et ciblage géographique

Le président du conseil de l’ordre des médecins d’Eure-et-Loir soutient par ailleurs les autres mesures annoncées comme le minibus qui sillonnera le département.

"Cela pourra être vers les touristes à la cathédrale, cela pourra être les jeunes (puisqu’on voit que ce sont ceux qui ne sont pas vaccinés suffisamment) par les opérations Quartiers d’été, Vacances apprenantes, explique la préfète au micro de Radio Intensité. Nous irons aussi vers les communes qui nous le demanderont pour des opérations flashes."

Les besoins du mois du juillet et du mois d’août, c’est vraiment aller vers les gens.

Françoise Souliman

Elle a également évoqué un ciblage géographique pour savoir où le taux de vaccination est le plus bas, et toucher dans ces zones les populations les moins sensibles ou les plus isolées.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société