Eure-et-Loir : des agriculteurs demandent la suppression de leurs charges sociales

Une vingtaine d'agriculteurs d'Eure-et-Loire protestent contre les charges sociales à Chartres, le 05 février 2016. / © France 3 Centre-VDL
Une vingtaine d'agriculteurs d'Eure-et-Loire protestent contre les charges sociales à Chartres, le 05 février 2016. / © France 3 Centre-VDL

Une vingtaine d’agriculteurs se sont rassemblés ce matin à Chartres pour protester contre les charges sociales imposées à leur profession.

Par France 3 Centre-VDL

Les agriculteurs du syndicat Coordination rurale ont manifesté ce vendredi 5 février contre les charges sociales, qu’ils jugent, trop importantes. Ils étaient une vingtaine devant la MSA, la sécurité sociale agricole, à Chartres et ont également manifesté à Blois.
 

Remplacer les charges sociales


C’est l’une des principales revendications du syndicat depuis sa création en 1992 ; ils souhaitent la suppression des charges sociales pour les remplacer par une TVA sociale. C'est, selon eux, un moyen de lutter contre le prix de revient extrêmement bas de la matière première.
 
►Video: Interview du président de la Coordination rurale d’Eure-et-Loir Philippe Ribault, par Adrien Gavazzi et Didier Le Pape.
 
Président de la Coordination rurale
Philippe Ribault président de la Coordination rurale à propos des charges sociales imposées aux agriculteurs, à Chartres le 5 février 2016.

Les jeunes agriculteurs d’Eure-et-Loir ont réussi à transmettre au directeur de la MSA - sans l’avoir rencontré en personne- des arrêts de travail de plusieurs de leurs collègues pour burn out. Ils ont dénoncé des situations financières difficiles pour des agriculteurs qui, pour certains, devraient 500 euros de charges sociales pour des revenus mensuels de 700 euros.
 

La colère des agriculteurs

 
Une soixantaine de tracteurs et deux cents agriculteurs bloquaient l’accès à la préfecture de Chartres le 2 février, à l’occasion de manifestations simultanées dans différentes régions. Ces protestations étaient à l’initiative de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) pour demander une réévaluation des prix du porc, du lait et de la viande bovine.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus