• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Eure-et-Loir : la production du Thermomix sera concentrée à Cloyes-sur-le-Loir

L'usine Vorwerk de Cloyes-sur-le-Loir fabrique le Thermomix TM6. / © Julie Postollec / France Télévisions
L'usine Vorwerk de Cloyes-sur-le-Loir fabrique le Thermomix TM6. / © Julie Postollec / France Télévisions

Après avoir subi une baisse des ventes du Thermomix de 15 à 20% en France et outre-Rhin, le fabricant allemand Vorwerk va réorganiser la production et concentrer la fabrication des robots cuiseurs destinés à l’Europe dans l’usine de Cloyes-sur-le-Loir. Le reste sera délocalisé en Chine.

Par Julie Postollec

Bénéficiant d’une renommée internationale grâce à leur fameux Thermomix, les responsables du groupe Vorwerk n’ont guère besoin de publicité pour vendre leur robot cuiseur-mixeur.

C’est en tout cas le message transmis aux journalistes lors de la visite organisée de l’usine de Cloyes-sur-le-Loir (Eure-et-Loir), ce mardi 9 juillet.

"On a lancé le Thermomix TM6 le 8 mars 2019 dans l’ensemble des pays du monde, détaille Bertrand Lengaigne, directeur de Thermomix® France. C’est un produit qui est vraiment plébiscité par l’ensemble des consommateurs parce qu’il faut savoir qu’on vend 100% de nos commandes de TM6."

 

Une concurrence low-cost

Ce robot cuiseur-mixeur dernier cri vendu au prix de 1.299 euros fait partie des marques haut de gamme. Mais ces derniers mois, il a souffert de la comparaison avec d’autres produits similaires, notamment le Monsieur Cuisine-Connect de Lidl en rupture de stock.

Le directeur de Thermomix® France affiche cependant une certaine sérénité. "La concurrence, c’est logique. Il y a de la place pour beaucoup de fabricants. Ce qui est important, c’est qu’on représente 70 % de parts de marché en France", glisse-t-il pour rappeler que Vorwerk reste leader sur le marché après une période de monopole.

 

"On ne s'inscrit pas dans l'obsolescence programmée"

Le groupe allemand n’a d’ailleurs pas l’intention de revoir sa feuille de route avec des modèles moins onéreux.

"Notre stratégie n’est pas d’aller diminuer nos prix puisqu’on s’inscrit dans une stratégie premium, pas dans l’obsolescence programmée. 

" Aujourd’hui on fabrique les composants en Europe, souligne Bertrand Lengaigne. Le moteur est un moteur allemand, une grande partie du Thermomix est fabriqué ici, dans cette usine (à Cloyes-sur-le-Loir, ndlr). On assure aussi les pièces détachées pendant des années, et ça aussi c’est important pour la fidélisation de nos clients." 

Cette vidéo prise lors de la visite montre d'ailleurs la réparation d'un Thermomix par une salariée.
 

La production allemande transférée en Eure-et-Loir

La fabrication du robot cuiseur mixeur va d’ailleurs davantage se concentrer en France. Jusqu’à présent, la production des Thermomix était essentiellement répartie entre le siège de Wuppertal en Allemagne, et le site français de Cloyes-sur-le-Loir.
 

Si en 2018, la marque Thermomix représentait la plus grosse part d’activité du groupe Vorwerk, avec 1,079 milliards d’euros soit 39% du chiffre d’affaires, l’entreprise allemande a cependant vu les ventes de son produit phare s’effriter.

Elle vient d’ailleurs de décider de se restructurer : les deux lignes de production à Wuppertal vont être fermées, et l’activité va être transférée sur le site eurélien.

Si Vorwerk n’a pas confirmé le risque de 320 suppressions de postes annoncé par un journal allemand, le groupe se veut rassurant pour la France.

"Ici, ça n’aura pas d’impact, précise Dirk Hellrung, directeur de l’usine Vorwerk-Semco de Cloyes-sur-le-Loir. Ça va même renforcer la situation de ce site."

Dans le détail, plus de 80% des Thermomix seront donc fabriqués en Eure-et-Loir, à destination des pays européens. Le reste sera produit en Chine pour le marché asiatique et états-unien.
 

100 millions d'euros investis en 10 ans

Le site de Cloyes-sur-le-Loir a été privilégié, car l’usine a la capacité d’absorber la part de la production allemande sans investir davantage.

Il faut dire que 100 millions d’euros avaient été injectés entre 2012 et 2017 pour la recherche et le développement, mais aussi pour agrandir les bâtiments, et acquérir des machines ultra-modernes, comme celles visibles sur cette vidéo.
 

"On va mieux utiliser la capacité de production, souffle Dirk Hellrung. Si 3.000 à 4.000 appareils sont fabriqués chaque jour, "aujourd’hui on peut produire plus de 6.000 appareils. Et nous sommes prêts pour optimiser notre production et fabriquer encore plus."

Tout dépendra de l’évolution des ventes du Thermomix.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus