Loto du patrimoine 2021 : la maison de Tante Léonie, à Illiers-Combray, représentera la région Centre-Val de Loire

La mission Stéphane Bern a dévoilé ce 5 avril 13 monuments éligibles au Loto du patrimoine, un par région métropolitaine. En Centre-Val de Loire, la maison de la Tante Léonie, où a séjourné Marcel Proust, a été retenue.

La maison de la Tante Léonie se trouve à Illiers-Combray en Eure-et-Loir
La maison de la Tante Léonie se trouve à Illiers-Combray en Eure-et-Loir © Jean-Marc Pommé / Fondation du patrimoine

Les 13 nouveaux monuments éligibles au loto de la Fondation du Patrimoine, et donc susceptibles de toucher une aide financière, viennent d'être dévoilés ce 4 avril. En région Centre-Val de Loire, trois monuments étaient en lice : la Salle du jeu de paume à Chinon, le théâtre du château de Valençay et la maison dite "de la Tante Léonie" à Illiers-Combray en Eure-et-Loir. C'est donc cette dernière qui a finalement été retenue. En septembre 2020, la grange pyramidale de Jars, dans le Cher, avait reçu 160 000 euros grâce au Loto du Patrimoine.

"Il y avait beaucoup de concurrence je dois vous dire", a confessé Stéphane Bern au micro de France 3 Centre-Val de Loire, évoquant des débats "très fructueux". "La maison de Tante Léonie est celle où Marcel Proust a passé son enfance", et constitue le lieu de la fameuse "madeleine de Proust". La nomination de la maison coïncide également avec le 150e anniversaire de la naissance de l'écrivain, et l'année 2022 marquera le centenaire de sa mort.

Une maison entre réalité et fiction

La maison de Tante Léonie appartenait autrefois à Jules Amiot, marchand drapier à Illiers et Elisabeth Amiot, la tante paternelle de l’écrivain Marcel Proust. Ce dernier y séjourna en vacances entre ses 6 et 8 ans. Il s’en inspira profondément dans A la recherche du temps perdu. En 1971, pour le 100e anniversaire de la naissance de l'écrivain, Illiers est d'ailleurs rebaptisé Illiers-Combray, d'après le titre du premier chapitre du roman.

La façade sur jardin de cette maison bourgeoise du 19e siècle est encore telle que l’écrivain et son oncle l’avaient connue, enduite et ornée de faïences. Si le cabinet et le hangar à voitures ont été transformés en lieu d'accueil pour les visiteurs et en salle d'exposition, la laverie, le hammam et l'orangerie existent encore, tout comme les chambres de Marcel Proust et de Tante Léonie.

Le site, propriété de la Société des Amis de Marcel Proust, est ouvert au public depuis plus de 50 ans. En 2019, la Maison, labellisée Musée de France et Maison des illustres, a accueilli un peu plus de 9 000 visiteurs. En raison de la notoriété de l’écrivain, de nombreux lecteurs font le déplacement, comme un pèlerinage. La Maison offre aussi une introduction à l’œuvre, pour ceux qui ne l'ont pas encore lue.

Quels travaux sont envisagés ?

Les travaux prévus ont pour objet de "pérenniser cette offre culturelle dans un secteur rural" explique la Société des Amis de Marcel Proust dans le document de candidature transmis à la Fondation du patrimoine. Le bâtiment adjacent, propriété du Conseil départemental, est également mis à la disposition de l'association, qui projette d'y installer un ascenseur intérieur pour faciliter l'accessibilité et offrir de nouveaux espaces d'exposition.

Selon la Société des Amis de M. Proust, des "travaux préliminaires d’urgence" doivent être réalisés avant d’entreprendre ceux d’aménagement des bâtiments. Ces travaux visent à garantir l’étanchéité de la maison et à consolider sa structure, comme pour les façades où des fissures apparaissent. A l’intérieur, certains papiers peints des années 1950 (qui recouvrent ceux d’origine) sont étanches et participent de la ruine des pans de bois. Parmi les autres travaux envisagés, on peut aussi citer la restauration de la cuisine, du hammam et de l'orangerie. Les travaux, qui pourraient commencer dès septembre 2021, devraient durer jusqu'en 2023.

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture littérature livres histoire