Bannière résultats municipales

Municipales : aucun vote au 1er tour à Prunay-le-Gillon, mais depuis le covid et une étudiante de 23 ans, tout a changé

Lors du premier tour des élections municipales, les habitants de Prunay-le-Gillon en Eure-et-Loir, n'ont pas pu voter pour élire leur premier magistrat, faute de candidat. Mais la situation a changé : le maire sortant a finalement décidé de se re-présenter grâce à l'intervention d'une jeune femme.

En Eure-et-Loir, la commune de Prunay-le-Gillon a finalement une liste pour les élections municipales
En Eure-et-Loir, la commune de Prunay-le-Gillon a finalement une liste pour les élections municipales © France 3 CVDL

En France, lors du premier tour des élections municipales, quatre communes de plus de 1.000 habitants n'ont pas présenté de liste, faute de candidat : Buellas, Péron et Pont-d'Ain dans l'Ain et Prunay-le-Gillon, en Eure-et-Loir. Entre temps, le confinement est passé par là et à Prunay-le-Gillon, le maire sortant, Jackie Ferré, a pris la décision de se présenter à nouveau.  

Pas de liste au premier tour

Jackie Ferré, élu depuis 1995, maire depuis 2008, avait annoncé il y a deux ans qu’il ne se représenterait pas en 2020, espérant que la fonction en intéresserait d'autres :  "À un moment donné, il faut tourner la page. Il faut savoir passer à autre chose", explique l'élu. 

Mais à la date butoire de fin février, aucune liste n’est déposée. Chez les habitants, c'est la déception même si personne parmi eux n'a souhaité reprendre le flambeau. La commune sans élu se retrouve donc sous délégation, sous la tutelle de la préfecture, le 16 mars au lendemain du premier tour.

"Pour nous c’est une succession de petites choses les unes après les autres qui ont fait que nous en sommes arrivés là, poursuit Jackie. Je pense que j'ai annoncé trop tôt que j’arrêtais. Mais plus on avançait dans le calendrier, plus ceux qui étaient susceptibles de repartir n’ont pas voulu y aller. De plus, avec l’évolution des règles électorales (en scrutin de liste, paritaire), c’est très compliqué à organiser. On a 1.100 habitants et les règles du jeu sont les mêmes que pour les communes de 3.500 habitants, sauf qu’on n’a pas le même réservoir d’électeurs et de candidats."

Tout a changé avec la venue d'une jeune femme de 23 ans

Jackie Ferré décide pourtant de rempiler. La raison ? Fin février, alors qu'elle apprend l'absence de candidat dans sa commune, une jeune femme de 23 ans, Laura Bezannier, étudiante à Science Po, le contacte : " Elle est venue me voir et m’a dit “moi, j’ai envie d’y aller”, raconte Jackie.  Très étonnamment, il y a eu plein d’appels téléphoniques qui se sont succédés. Les gens ont pris conscience qu’il se passait quelque chose, qu’il y avait un problème." 

Jackie et Laura se mettent alors d'accord et constituent une liste paritaire : lui en tête de liste. Elle en co-listiaire. Boostés par cette nouvelle énergie, Laura Bezannier entraîne ensuite dans son sillage d'autres élus et des plus jeunes. Résultat : la moyenne d'âge des personnes de la liste est de 43 ans. Mais Jackie Ferré, bien décidé à ne plus être maire, guidera dans un premier temps la jeune femme dans ses fonctions d'élue municipale. Au bout d'un an, Laura reprendra les rênes, le temps qu'elle prenne connaissance des rouages. Pour Jackie, cela représente une sorte de parrainage : " ça me coûtait  de repartir, mais l’engagement est tel que ça en vaut la peineLaura amène aussi une nouvelle vision, une nouvelle dynamique".

La mise sous délégation le 16 mars dernier, faute de candidat et le confinement ont également fait pencher la décision de Jackie Ferré de se re-présenter dans la balance : 

"Notre commune a souffert du fait d'être mis sous délégation. C’est pas quelque chose d’agréable à vivre. C’est un peu comme si vous aviez un huissier de justice qui rentrait chez vous. Et puis, ça ralentit la dynamique d’une commune qui pousse démographiquement et économiquement. D’où l’importance de retrouver une stabilité et de repartir sur de bonnes bases."

Comme quoi, d’un malheur peut parfois naître de belles histoires...

Le second tour n'aura pourtant pas lieu le 28 juin 

Depuis 2013, il est possible, pour les communes de moins de 1.000 habitants, de ne voter qu'au second tour, le temps de trouver un candidat ou de compléter des listes. Mais le règlement stipule qu'il doit exister six semaines de publicité pour organiser la campagne électorale (avec un premier et un second tour). La délibération du CSA du 4 janvier 2011 prévoit que "les éditeurs de services de radio et de télévision doivent respecter le principe de pluralisme (...) pendant les six semaines précédant le jour du scrutin".

"Quand Edouard Philippe a annoncé qu’il y aurait un second tour le 28 juin, nous étions hors délai et l'option de dérogation par le biais d’une ordonnance gouvernementale n'a pas été choisie", explique Jackie Ferré.  

En attendant une date de scrutin

En attendant une nouvelle date d'élection, soit théoriquement fin septembre, Prunay-le-Gillon repassera sous délégation dès le 28 juin au soir. La nouvelle liste “Ensemble Prunay 2020” sera présentée aux électeurs une fois la date fixée. 

►Reportage réalisé en février 2020 par X.Naizet et L.Claveau

Que se passe-t-il en cas d'absence de liste ?

Lorsqu'aucun candidat ne se présente, l’élection municipale n’a pas lieu. Un arrêté du préfet institue une "délégation spéciale"  qui élit un président. Celui-ci remplit les fonctions de maire. Ses pouvoirs sont limités aux actes de pure administration conservatoire et urgente. Dans un délai maximal de trois mois, des élections partielles sont organisées afin de constituer un conseil municipal. Les pouvoirs de la délégation prennent fin dès l’installation du nouveau conseil élu à l’issue de ces élections partielles.

Si jamais il n'y avait vraiment aucun candidat, ou une liste à trou, c'est la préfecture qui prend la main, Le préfet désigne une délégation spéciale, constituée de trois à sept membres. 

Autre possibilité plus rare : la commune peut fusionner avec une autre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections réforme territoriale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter