• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Quand les sénateurs s'en prennent aux éoliennes

© F3 Centre
© F3 Centre

Les sénateurs ont voté pour l’interdiction d’implanter des éoliennes à moins de 10 km d’un monument historiqueUne idée qui ne fait pas l'unanimité, notamment chez les maires des petites communes dans les secteurs à fort potentiel éolien comme en Eure-et-Loir par exemple.

Par Fabienne Marcel

Si l’amendement voté par le Sénat il y a quelques jours, prévoyant de demander l’autorisation des architectes des Bâtiments de France pour pouvoir implanter des éoliennes dans un périmètre de 10 km autour d’un monument historique, était confirmé par l’Assemblée Nationale, ce serait la fin des éoliennes en France, dénoncent les professionnels du secteur.

Le sénateur à l’origine de l’amendement, le jurassien Gilbert Barbier, justifie la mesure par le fait que « les éoliennes ont un impact visuel négatif dans nos territoires ».

Au cœur de la Beauce, notamment, les éoliennes sont devenues familières. Situés parfois à quelques centaines de mètres des villages, les engins et leurs immenses pales feraient presque de l'ombre aux monuments historiques. Si d'un point de vue esthétique, "on peut en discuter" explique Jean-Claude Bayari, le Maire (SE) de Beauvilliers, il n'est pas près à les enlever de sa commune. 

Ce qui nous intéresse c'est que grâce aux éoliennes on a une manne financière importante qui nous permet de vivre, Jean-Claude Bayari, Maire de Beauvilliers (Eure-et-Loir)


Car en effet, les communes perçoivent une partie des bénéfices en laissant les industriels implanter des éoliennes sur leur territoire. Bertrand Chifflet, Maire (SE) de Boisville-la-Saint-Père, un village voisin de Beauvilliers, a fait le calcul : 70 000 euros par an, pour son projet de parc éolien qui doit bientôt voir le jour. Mais l'Etat pourrait l'en empêcher si l'amendement des sénateurs est validé par l'Assemblée Nationale.

Les sénateurs savent pertinemment qu'on a des difficultés avec notre dotation globale de fonctionnement qui est en baisse, l'Etat a plus les moyens de nous financer, donc il est grand temps que l'Etat nous laisse travailler avec le privé. Le privé public pour moi c'est la sortie honorable pour les communes pour financer tous les projets qu'on peut avoir pour notre territoire, Bertrand Chifflet, maire de Boisville-la-Saint-Père (Eure-et-Loir)


C'est aussi un moyen d'éviter la hausse des impôts locaux soulignent les deux élus. On compte près de 200 éoliennes en Eure-et-Loir.  Freiner leur implantation, c'est risquer de voir l'économie locale tourner au ralenti.

Quand les sénateurs s'en prennent aux éoliennes
Les sénateurs ont voté pour l’interdiction d’implanter des éoliennes à moins de 10 km d’un monument historique. Une idée qui ne fait pas l'unanimité, notamment chez les maires des petites communes dans les secteurs à fort potentiel éolien comme en Eure-et-Loir par exemple. - France 3 Centre- Val-de-loire - Reportage : Adrien Gavazzi et Pascal Epée

 


Sur le même sujet

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus