La fin des chaudières au fioul d'ici 2028, un objectif tenable du gouvernement ? L’exemple du Centre-Val de Loire

Illustration. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE
Illustration. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE

En 2018, le gouvernement Philippe a annoncé vouloir en finir avec les chaudières au fioul d'ici 2028. Un an après cette annonce, l'objectif semble difficile à atteindre en Centre-Val de Loire, malgré des coups de pouce à la conversion énergétique. 

Par Sophie Maréchal

«Notre objectif, c’est de permettre aux Français de se libérer de cette dépendance [au chauffage au fioul, qui est] une énergie chère et polluante. Cette transition est difficile, mais c’est un des moyens pour lutter contre le réchauffement climatique.» Le 14 novembre 2018, le Premier ministre, Edouard Philippe, annonçait sur RTL sa volonté de supprimer toutes les chaudières individuelles au fioul d’ici 2018. Un an plus tard, l'objectif semble difficilement tenable. 

Environ 3.5 millions de Français se chauffent au fioul. D'après des données de l'observatoire régional de l'énergie datant de 2016, en région Centre-Val de Loire, 43% de l'énergie consommée pour le chauffage domestique provient de produits issus du pétrole. Un peu plus d'un million de personnes se chaufferaient donc au fioul dans la région
 
Loading...

Loading...


Le fioul, énergie la plus polluante

Cette source d'énergie demeure pourtant bien plus polluante que le chauffage au gaz, à l'électricité ou au bois. Selon l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, les chaudières au fioul émettraient 666 grammes équivalent dioxide de carbone par kWh, contre 222 pour le gaz, 105 pour l'électricité et 40 pour le chauffage au bois. 
 


Pour parvenir à son objectif, le gouvernement a mis en place, depuis janvier 2019, un certain nombre de mesures et notamment une prime à la conversion des chaudières, qui correspond aux certificats d’économie d’énergie (CEE).

Celle-ci permet aux foyers qui en font la demande de changer leur chaudière au fioul, au charbon ou au gaz peu performante par un équipement utilisant des énergies renouvelables ou à haute performance énergétique, comme une chaudière biomasse, une pompe à chaleur, un système solaire combiné, une chaudière au gaz à très haute performance énergétique, un appareil de chauffage au bois très performant, ou un raccordement à un réseau de chaleur. 
 


Une prime à la conversion énergétique plus élevée pour les foyers modestes

Tous les ménages peuvent bénéficier de cette prime à la conversion, selon le ministère de la transition écologique. Celle-ci peut être plus élevée pour les ménages modestes, l'addition pouvant même être ramenée à un euro symbolique dans certains cas.
 

Par exemple, pour une chaudière biomasse, les foyers modestes pourront toucher 4000 euros d'aides au titre de la prime, contre 2500 euros pour les autres foyers fiscaux. Hors Ile-de-France, le plafond de revenus d'un ménage modeste est estimé à 38 958 € par an pour un ménage de quatre personnes. Pour y voir plus clair, un simulateur d'aide est disponible sur le site du ministère.


497 communes de la région desservies par GRDF

Attention toutefois, si vous désirez changer de système de chauffage, à vérifier que vous êtes bien desservi. En Centre-Val de Loire, 497 communes sont reliées au réseau GRDF et peuvent utiliser le gaz de ville pour se chauffer.

«Près de 72 000 logements collectifs ou individuels actuellement chauffés au fioul sont situés à proximité du réseau de gaz naturel exploité par GRDF», précise la société dans un communiqué. La liste des communes desservies par le gaz de ville est accessible sur ce site.
 
497 communes de la région Centre-Val de Loire sont desservies en gaz par GRDF. / © Capture du site opendata.grdf.fr
497 communes de la région Centre-Val de Loire sont desservies en gaz par GRDF. / © Capture du site opendata.grdf.fr


Un concours organisé par la région Centre-Val de Loire et l'ADEME

En Centre-Val de Loire, l'ADEME et la région, partant du constat que 22% des émissions de CO2 proviennent du secteur du logement et que ces chiffres sont supérieurs au ratio national moyen, a décidé de créer une palette d'outils visant à promouvoir la rénovation des habitations anciennes, dont le concours "ma maison éco".

Les projets lauréats obtiennent une aide financière pouvant aller de 5000 à 21 000 euros. Ce concours est réservé aux particuliers souhaitant améliorer les performances énergétiques de leur logement, l'âge moyen du parc résidentiel régional étant en effet assez ancien. 


Une faible diminution de la consommation de fioul domestique dans le Loiret

Si la consommation de fioul domestique a diminué dans la région depuis 2005 (selon les données du ministère de la transition écologique et solidaire), celle-ci semble globalement stagner depuis 2016. Dans le Loiret par exemple, la consommation globale a faiblement diminué, passant de 134 780 m3 en 2016 à 120 223m3 en 2018.
 

L'objectif fixé par le gouvernement, prévoyant la fin des chaudières au fioul d'ici 2028, semble donc difficilement réalisable dans ces délais. A en croire un sondage réalisé par FioulMarket et OpinionWay au mois d'octobre, seuls 48% des Français ont l'intention de changer d'énergie de chauffage dans les dix années à venir. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus