Deux gilets jaunes tourangeaux de nouveau convoqués au tribunal dans l’affaire du vol au Fouquet’s

Publié le Mis à jour le
Écrit par FC

Ambre et Franck, deux gilets jaunes originaires de Montlouis-sur-Loire sont soupçonnés d’avoir dérobé des fourchettes et un tabouret au Fouquet’s lors du saccage du très célèbre café en mars dernier. Ils comparaissent ce vendredi au tribunal de Paris.
 

C’est le post Facebook d’Ambre, une Montlouisienne, qui avait mis la puce à l’oreille des enquêteurs : la photo de quatre fourchettes et d’un tabouret. Rien de très original si ce n’est que ces objets appartiennent tous trois au Fouquet’s. Ambre et Franck, son conjoint, sont accusés de les avoir dérobés le 16 mars 2019 lors du saccage du célèbre café parisien au cours de l’acte 18 des gilets jaunes.



Les deux militants sont de nouveau appelés au tribunal de Batignolles à Paris ce vendredi 11 octobre en début d’après-midi. Le 23 mars dernier, un premier procès avait avait dû être abrégé à cause de plusieurs vices de procédure. En effet, l'avocat du couple Maître Arié Halimi aurait été mis de côté durant la garde à vue d'Ambre, n'ayant ainsi pas pu "faire valoir toutes ses observations". Franck, quant à lui narcoleptique, n'avait pas eu accès à ses médicaments. À l'issue de ce procès avorté Me Halimi dénonçait des "moyens disproportionnés". Malgré tout, le parquet avait décidé de lancer de nouvelles poursuites au tribunal de Paris.

Les deux présumés nient les faits

Dans un témoignage accordé à France 3 Centre-Val de Loire après leur premier procès, Franck et Ambre expliquaient leur version des faits : après avoir aperçu des personnes qu’ils identifient comme "les agents de sécurité" du Fouquet's, Franck leur avait demandé s'ils pouvaient "prendre le tabouret qui se trouvait dehors sur le trottoir, si ça dérangeait pas". Ces derniers leur auraient alors répondu : "Vu dans l’état où c'est maintenant, allez-y, prenez ce que vous voulez."

 





 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité