Grand froid : l'Indre-et-Loire augmente encore sa capacité d'accueil pour les personnes sans-abri

Marie Lajus, préfète d'Indre-et-Loire, a déjà montré sa réactivité sur les questions d'hébergement d'urgence. De nouvelles places ont été ouvertes pour les personnes sans-abri du département, pour parer à la vague de grand froid survenue en début de semaine.

La tente d'une personne sans-abri au milieu de la neige, à Gouincourt (Oise) - Photo d'illustration
La tente d'une personne sans-abri au milieu de la neige, à Gouincourt (Oise) - Photo d'illustration © MAXPPP

C'est un petit ajustement qui fait toute la différence. Le département d'Indre-et-Loire a de nouveau augmenté ses capacités d'accueil pour les personnes sans-abri ce 8 février, pour s'adapter à la vague de grand froid qui touche la région et devrait se prolonger jusqu'à ce weekend du 13.

En plus des 550 place d'hébergement d'urgence ouvertes toute l'année, le département avait déjà augmenté de 200 places ses possibilités d'hébergement, "essentiellement dans des locaux réquistionnés et dans des hôtels". Ces places ont été mises à disposition du 115, le numéro des urgences sociales. Ces hébergements sont ouverts 24h/24h, contrairement à certains centres d'accueil, "de manière à ce qu’aucune personne hébergée de nuit ne soit remise à la rue en journée." L'Indre-et-Loire assure également que des maraudes journalières sont organisées pour repérer les personnes fragiles.

Six places manquantes, six places ouvertes

"Grâce à cette mobilisation, le taux de non-réponse reste faible. La semaine dernière, en moyenne, seules 6 demandes d’hébergement par jour n’ont pas pu être pourvues par le 115, par manque de places ou parce que les intéressés avaient refusé le type d’hébergement qui leur était proposé", constate cependant le département. Un chiffre bas, mais qui n'a pas suffit pour Marie Lajus, la préfète d'Indre-et-Loire.

6 nouvelles places ont donc été ouvertes pour l'accueil des hommes isolés "et un recours à l’hôtel pour les autres besoins supplémentaires". La durée d'intervention des maraudes, menées en alternance par la Croix Rouge et Entraide et Solidarités, a conséquemment été allongée. En 2020, avec l'arrivée de la nouvelle préfète, l'Indre-et-Loire avait augmenté de 1,2 millions d'euros son budget dédié à la veille sociale, à l'hébergement d'urgence et à l'accès au logement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie sdf société