Indre-et-Loire: le château de Véretz, "le château de l'Edit de Nantes" mis aux enchères le 11 mai au Tribunal judiciaire

Le château de Véretz en Indre-et-Loire devrait être mis aux enchères au Tribunal judiciaire de Tours le 11 mai 2021 au prix de 720 000 euros. Découvrez l'histoire de ce château liée à celle de l'Edit de Nantes promulgué par Henri IV en 1598. 

Le château de Véretz au bord du Cher en Indre-et-Loire, été 2015.
Le château de Véretz au bord du Cher en Indre-et-Loire, été 2015. © Wikimedia Commons resized

Situé au bord du Cher en Indre-et-Loire, le château de Véretz a été intégralement reconstruit à partir de 1836 avec un style Tudor néogothique.

Transformé en chambres d'hôtes, salle de réception et gîte de luxe, il a aussi accueilli des événements publics comme le festival de danse "Dansez maintenant", du nom de l'actuelle propriétaire de château. 

Le château de l'Edit de Nantes

L'Edit de Nantes, fait certainement partie de l'histoire de Véretz. En tout cas c'est une des versions retenue par les historiens.

Le roi Henri IV veut sceller la réconciliation entre catholiques et protestants par un édit royal.

En janvier 1598, alors qu'il s'apprête à marier son fils César de Vendôme au château de Chenonceau, il semblerait que ce soit là qu'il posa les bases de l'édit qu'il estimait nécessaire à la pacification religieuse et morale du royaume connu sous le nom d'édit de Nantes. Afin d'arrêter les termes de l'édit d'une manière qui pût satisfaire à la fois les catholiques et les protestants, Henri IV choisit Pierre Forget de Fresnes, baron de Véretz, et Daniel Chamier, pasteur, député du Dauphiné et ministre du roi, tous deux réputés pour leur sagesse et leur prudence.

Les deux hommes se sont retrouvés au château de Véretz, à quelques kilomètres de Chenonceaux. Une fois l'édit rédigé et relu, le texte fut signé conjointement par Pierre Forget et Daniel Chamier comme l'atteste le registre paroissial de Véretz.

Après avoir marié son fils au château de Chenonceau, Henri IV prend la route de Nantes. Il y rend publique et obligatoire l'ordonnance signée quelques jours plus tôt. Pour commémorer cet évènement important réalisé en son fief, Pierre Forget offrit une nouvelle cloche à l'église qui fut baptisée le 2 août 1598 et dont l'acte porte en marge : "l'année que la paix fut signée au chasteau dudict Veretz".

L'Edit de Nantes est promulgué le 13 avril 1598 par le roi de France Henri IV pour mettre fin aux guerres de Religion qui ravageaient le royaume de France depuis 1562. 

Le château de Véretz en Indre-et-Loire
Le château de Véretz en Indre-et-Loire © Capture Google Streetview

Un château détruit à la Révolution française et reconstruit au XIXème siècle 

Depuis l'Edit de Nantes, le château n'est plus du tout le même. Et pour cause, le château médiéval modifié à la Renaissance sera démantelé à la Révolution française. Durant sa période Renaissance, il accueille des hôtes illustres tels que Voltaire, La Rochefoucauld ou encore Madame de Sévigné. Le château était alors doté d'un parc de jardins à la française, de labyrinthes, et de magnifiques terrasses. 

Presque 50 ans après son démantelement à la Révolution, le domaine est racheté par le comte de Richemont. Il fait reconstruire le château en style néogothique à côté des ruines originelles. Seule la tour sud-est a survécu aux dommages de la Révolution. 

C'est ce château privé qui appartient à Henriette de Maintenant qui sera mis en vente aux enchères le 11 mai 2021. 

Extrait du calendrier des ventes aux enchères du Tribunal judiciaire de Tours.
Extrait du calendrier des ventes aux enchères du Tribunal judiciaire de Tours. © Tribunal judiciaire de Tours

Pourquoi une vente au Tribunal judiciaire ? 

Le 11 mai 2021, tel que l'annonce le calendrier du Tribunal judiciaire de Tours, ce château sera mis en vente aux enchères au prix de 720 000 euros. Mais il ne s'agit pas de n'importe quelle vente. Puisqu'elle a lieu au Tribunal judiciaire. 

Les biens proposés aux enchères judiciaires ou lors d'une "vente à la barre", proviennent de saisies immobilières, de mise en liquidation ou encore d'un partage judiciaire tel que ce peut être le cas dans le cadre d'un divorce.

Dans le cas du château de Véretz, ni la propriétaire actuelle ni l'avocate du cabinet Vernudachi-Cambuzat-Dussourd, chargée de ce dossier n'a souhaité répondre à nos questions concernant cette vente. Une chose est sûre, la propriétaire actuelle, Henriette de Maintenant est persuadée que cette vente n'aura pas lieu. 

En attendant, pour les peronnes intéressées, des visites sur place sont prévues le lundi 26 avril à 14 h et le vendredi 30 avril à 14h. 



 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société histoire culture patrimoine