• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

En Indre-et-Loire, une famille lance un appel pour garder son faon

Bambinette dans le salon de Ghislaine et Jean-Luc, ses sauveaurs. / © Ghislaine et Jean-Luc
Bambinette dans le salon de Ghislaine et Jean-Luc, ses sauveaurs. / © Ghislaine et Jean-Luc

Une famille de Continvoir, dans l'Indre-et-Loire lance un appel aux dons pour garder Bambinette, le faon qu'il ont recueilli au printemps dernier. Aujourd'hui, il faut lui construire un enclos, ce qui va leur coûter 5.000 euros.

Par Mélanie Trachsler

Il y a six mois, Jean-Luc et Ghislaine ont recueilli un faon blessé, et l'ont soigné. Sa mère l'avait abandonnée. Le couple habite Continvoir, près du Château de Gizeux. Ghislaine a 41 ans, son concubin 50. Lui, n'a jamais eu d'enfant. Très vite, ils s'attachent au cervidé.
 

 Déclarer un animal blessé : un devoir 


Ils ne savent pas qu'il faut déclarer tout animal sauvage. Ils lui donnent donc le biberon et le nomme "Bambinette". Le seul problème, c'est que cet animal est un animal sauvage. Une  biche est classée parmi les espèces dangereuses . Fin août, sans doute sur dénonciation,  les services de l'ONCFS, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, viennent toquer chez eux. Ils  mettent un scellé devant l'enclos de Bambinette et  effectuent une enquête. Bonne nouvelle pour le couple, l'ONCFS  leur déconseille de relâcher Bambinette, car elle ne pourrait plus survivre.


"un enclos et des vaccins pour garder Bambinette"

Pour la garder, il faut un certificat de capacité et une autorisation de détention, qui prouve que la personne qui détient l'animal est bien capable de l'élever. La justice leur a fourni ces papiers, début septembre. Les conditions de détentions  sont donc conformes au bien-être de l'animal. Par contre, le couple doit construire un enclos autour de leur terrain, avec un grillage de deux mètres de hauteur. Son coût : 5000 euros  Bambinette devra bénéficier d'un terrain de 4x100 mètres, et elle sera stérilisée. 


"Un appel aux dons "


Ghislaine explique aussi que "l'animal devra effectuer des vaccins, car les cervidés sont souvent assujettis à la tuberculose, surtout quand ils sont au contact d'humains". Avec un salaire d'aide ménagère, Ghislaine ne gagne pas assez pour financer de telles dépenses. D'autant plus, que Jean Luc, son compagnon est au RSA. Ils lancent donc un appel aux dons pour financer l'enclos. Sans enfant, le couple considère Bambinette comme leur bébé. Ils ont jusqu'à début novembre pour sauver l'animal.


Pour les dons, contactez Ghislaine au gigidu37420@hotmail.fr


 

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus