• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Octobre rose : en Indre-et-Loire, Mary redessine les aréoles

Le ruban rose est, depuis 25 ans, l'emblème d'Otobre rose, la campagne de lutte contre le cancer du sein / © MAXPPP
Le ruban rose est, depuis 25 ans, l'emblème d'Otobre rose, la campagne de lutte contre le cancer du sein / © MAXPPP

Dans le cadre du 25e Octobre rose, campagne nationale de lutte contre le cancer du sein, France 3 Centre-Val-de-Loire est allé à la rencontre de Mary qui, dans son institut de Chambray-les-Tours en Indre-et-Loire, redessine l'aréole, ce petit rond de peau pigmenté situé au bout du sein.

Par Gaëlle Le Roux

Dans son institut de beauté Les Hévéas, une maison aux murs rose pâle en banlieue de Tours (Indre-et-Loire), Mary réconcilie les femmes avec leur corps. Plus précisément avec leurs seins. Cette esthéticienne et tatoueuse redessine les aréoles, cette surface colorée située au bout du sein qui, après une ablation puis une reconstruction mammaire à la suite d’un cancer, n’existe plus. La "dermopigmentation réparatrice" est, depuis 2012, sa spécialité.
 


"Je fais en sorte que les femmes retrouvent le sein qu’elles n’ont plus, de donner l’illusion qu’il s’agit de leur nouveau sein, explique Mary. Le but, c’est qu’elles s’aiment, qu’elles acceptent leur nouveau sein et qu’elles envisagent un avenir serein sans faire une fixation sur ce sein qui, pour elles, n’en est plus un".

"Le but, c'est que ces femmes s'aiment"


Mary reçoit trois à quatre clientes chaque semaine, dont certaines sont envoyées par des médecins. Elle est la seule, en région Centre-Val-de-Loire, à s’être spécialisée dans ce domaine précis. Redessiner une aréole prend deux séances. Après la cicatrisation, l’illusion est bluffante. Car Mary prend le temps qu’il faut pour recréer l’aréole : imiter la teinte, la forme. "C’est comme de la peinture, des ombres et des lumières… Ça va donner un bout de sein tout en volume", poursuit la tatoueuse.
 

"Tourner la page du cancer"


Pour Élodie, cette étape était essentielle. Atteinte d’un cancer en 2012, la jeune femme a subi une ablation totale du sein. Après une reconstruction mammaire, redessiner son aréole s’est imposé. "Mary a permis de tourner vraiment la page du dernier chapitre de ce livre-là, témoigne-t-elle. Maintenant, je peux vraiment passer à autre chose".

En France, une femme sur huit est – ou sera – confrontée à un cancer du sein au cours de sa vie. Depuis 25 ans, l’association Cancer du sein, Parlons-en ! organise une campagne d’information et de communication baptisée Octobre rose. Une action primordiale pour inciter au despistage : plus un cancer est détecté tôt, plus les chances d’en guérir sont grandes.
 

 

A lire aussi

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus