Cybercriminalité : suite à une attaque informatique, les urgences d'une clinique de Chambray-lès-Tours ferment

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bertrand Mallen .

Le pôle de santé Léonard de Vinci à Chambray-lès-Tours en Indre-et-Loire a été visée par un piratage informatique dans la nuit du 6 au 7 janvier. Les urgences sont fermées et certaines opérations ont dû être reportées.

Des gendarmes spécialisés en criminologie numérique étaient présent ce 7 janvier dans la matinée au pôle de santé Léonard de Vinci de Chambray-lès-Tours, en Indre-et-Loire. Au cours de la nuit, le système informatique de la clinique a été visé par un piratage, et le personnel soignant et administratif s'est retrouvé sans aucun accès aux outils habituels.

Plusieurs services en difficulté pour la journée

Dans l'urgence, l'établissement a décidé de fermer le service des urgences et de suspendre les opérations en chirurgie ainsi que de déprogrammer les chimiothérapies. A l'entrée du bâtiment, un écriteau précise qu'en cas d'urgence, les patients doivent faire le 15 ou se rendre à l'hôpital Trousseau de Tours ou à la clinique NCT+ de Saint-Cyr-sur-Loire.

En revanche, les laboratoires de test médicaux (en particulier les tests covid), la médecine nucléaire et la pédiatrie fonctionnent toujours, les données de ces services étant stockées dans un autre serveur.

Ce n'est pas le premier piratage visant un hôpital ou une clinique dans le Centre-Val de Loire. Très souvent, ce type d'attaque bloque les données sensibles dont dispose l'établissement et menace de bloquer tout le système si une rançon n'est pas remise aux criminels. En fonction de la situation sanitaire, les conséquences médicales peuvent être graves et ce genre d'attaque est pris très au sérieux. Selon une source judiciaire, l'enquête dépendrait désormais du parquet de Paris.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité