Janski Beeeats : la Bande Dessinée

Depuis trois semaines, les adolescents se l'arrachent,  la bande dessinée de Janski  Beeeats est comme ils aiment : "archi"- décallée bref,  à l'image de son auteur, le"poly-artiste" tourangeau,  autodidacte Jean Sébastien Vermalle. 

Janski Beeeats
Janski Beeeats © Janski Beeeats
C'est un véritable ovni cette bande dessinée, elle est inclassable ! Et c’est « tant mieux », comme l’indique son auteur, Janski Beeeats   ni  manga, ni comics,  ni science-fiction …C’est l’histoire d’un migrant pandémique, errant dans un monde ravagé par la peste violette. Bienvenus dans un monde post-apocalyptique où des mutants cannibales à la « Alien », poursuivis par des gentils, à la « Mad- Max », transforment la population en zombies. Un espoir réside en Janski Beeeats, un petit être sans visage. Il rêve de devenir une rock star dans Tower City, la seule ville protégée, par le lobby pharmaceutique lbm noxxe et ses robots : les Noxxebots.


Une application gratuite  l'accompagne


Les répliques sont truculentes, du genre : premier lbm noxxe « navette AX-101, rejoignez votre trajectoire initiale sinon...euh...sinon c’est mal » réponse de Ballon « ballon » troisième larron :  « nan, mais.. c’est mal ça, trouve un truc un peu plus…(...) ».  Sans spolier, le jeune Janski  recherche son ancienne amie, Doloreanne, la fille du gouverneur. Mais attention, cette  bande dessinée s'adresse plutôt à un public averti : une Bd donc, à ne pas laisser traîner sur la table du salon quand on garde des petits enfants durant les vacances. Reprenons l'histoire, donc :  durant son périple, Janski Beeeats croisera une vieille catholique, Rita, collectionneuse d'armes, une idole de la TV réalité, dj Tekitizi et un responsable  des migrations totalitaire, sergent Jean Serge. 


Janski délire et c'est bon !


En  bonus, les 120 pages peuvent être accompagnées (ou pas) de musiques tout aussi dynamiques et colorées que la BD, celles du même Janski bien-sûr, que l’on écoute grâce à un smartphone, histoire d’encore mieux s'immerger dans l'univers "Janskïen" (des petites pastilles sur les pages  à ouvrir, grâce à une application gratuite). Et oui, Janski Beeats,  c’est notoire, c’est  le fou furieux qui mixe en fin de soirée, souvent accompagné  de son acolyte « Ballon »  que l’on retrouve d’ailleurs dans la BD en robot ou  gentille mascotte.

 

Une B.d divertissante absurde et pleine d’aventure



Le tourangeau a effectivement sorti sept Ep, et un huitième est prévu pour début septembre. En attendant, on peut lire et relire sa bande-dessinée sans modération.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale bande dessinée livres musique jeu vidéo