Musique. Bigflo et Oli, Louise Attaque, SCH à Yzeures'n‘Rock, histoire du petit festival devenu grand

Chaque premier week-end du mois d'août, le petit village d'Yzeures-sur-Creuse en Indre-et-Loire s'anime pour trois jours de concerts. Du 4 au 6 août 2023, la programmation est alléchante : Bigflo et Oli, Louise Attaque et SCH.

Au confins de la Touraine, de la Vienne et de l’Indre tout au sud de l’Indre-et-Loire, au milieu des champs, le festival de musiques actuelles Yzeures'n‘Rock a réussi son pari de faire venir à lui "de gros artistes". Du lourd est annoncé pour cette édition 2023 : Bigflo et Oli, Louise Attaque, SCH, Naâman, Lorenzo, Deluxe, les Wampas, Zaoui, Lujipeka, Massilia Sound System. 

L'aventure de copains qui s'ennuient

Tout est parti il y a 17 ans, d'un constat entre jeunes de la campagne : l'ennui.  

Pour les jeunes à Yzeures-sur-Creuse, la culture c’est la galère ! Pour le moindre concert, il faut bouger à Tours ou Châtellerault.

Sébastien Manuel, co-président du festival Yzeures'n‘Rock 

Tout a commencé par le concert d’un copain sur une remorque à paille et Yzeures’n’rock a vite vu arriver plusieurs groupes jusqu’à parvenir aujourd’hui à un festival qui attire des têtes d’affiche de la scène musicale et plus de 10 000 festivaliers chaque soir.

Depuis, l'aventure des adolescents désœuvrés amène ce petit village de campagne de 1400 habitants, à voir sa population multipliée par dix chaque premier week-end d’août. Les initiateurs de cette histoire de "culture au champ" ont réussi leur pari de faire venir la musique à eux, chez eux.

Notoriété des artistes, jauge du public et budget ne cessent d’augmenter au fil des ans en partant de rien. "On a galéré les deux premières années, nous, on partait de rien, on n’y connaissait rien. Quand on téléphonait aux maisons de productions pour avoir des groupes, personnes ne connaissait Yzeure-sur-Creuse, notre festival était inconnu. Au début, on ne savait pas quoi programmer. C’est en 2013, quand on a réussi à avoir Tryo que ça a lancé le festival. À partir de là, ça s’est su que l’on savait gérer la technique, l’accueil et depuis on enchaîne".

Les artistes "pures festivals" sont arrivés et en 2015, avec Shaka Ponk, ils ont vu exploser la fréquentation du public avec des jauges à 10 000 personnes. 

De ses origines, Yzeures'n‘Rock a gardé sa gestion 100% bénévoles. Seuls la technique et le son emploient des professionnels.

L’association du festival compte près de 300 bénévoles et d’autres associations viennent aussi en soutient dans la période du festival.

Le budget d’un million cinq cent mille euros en 2023 est essentiellement orienté vers la qualité de la programmation avec un leitmotiv "que les gens vivent de bons concerts avec de vraie tête d’affiche". Les entrées payantes et les consommations financent l’opération et assurent la pérennité financière du festival d’une année sur l’autre.

En 2022, après la crise du Covid, Yzeures'n‘Rock n’a pas été à la hauteur de la fréquentation espéré. "On laisse beaucoup d’argent sur la table, on est qu’une association sans fonds de roulement, on essaye chaque année d’arriver à zéro et de réinvestir dans du matériel pour les éditions suivantes. Quand on se prend des gamelles (comme en 2022) ça fait mal" précise Sébastien Manuel.
Pour 2023, les organisateurs ont de grands espoirs pour retrouver une bonne fréquentation et se remettre à flot.

Positionné dans la gamme des moyens festivals français, Yzeures'n‘Rock offre aux artistes en tournée une date inoccupée par les gros festivals. Yzeure est l’assurance d’une fin de saison "cool", à la campagne et dans une ambiance familiale.

Kevin Bussereau, co-président, plutôt en charge de la gestion de la partie technique : "Tout ce qui est le maillage de départ de l’association est toujours dans le conseil d’administration du festival. Yzeures’n’Rock, ce n’est qu’un maillage de relation et avec juste nos moyens à nous, on est capable de faire aussi bien que les autres (festivals)". Cette fierté d’arriver à faire un festival au fin fond de la campagne, à Yzeures-sur-Creuse, continue à mobiliser l’équipe. Avec le temps qui passe, une deuxième génération pointe le bout de son nez. Les enfants des pionniers du festival arrivent maintenant dans les bénévoles.

Programmation 2023 : des têtes d'affiche et des locaux

Yzeures’n’Rock débute toujours avec des groupes locaux. C'est le rappeur Tourangeau Garuzé qui ouvre le festival le vendredi 4 août sur la petite scène de la prairie avant que le rock puissant de Pit Grant ne chauffe le public de la scène centrale.
Samedi 5 août, concert de Magenstria (rock français à texte), encore des Tourangeaux à  18h. Suivis de Coconut (Pop tropicale), un groupe formé à Tours.

Le berruyer Stache (pop electro) clôture le festival, dimanche 5 août à 18h. 

Sébastien Manuel qui s’investit toute l’année dans la programmation du festival, explique "Ça, ce sont les groupes régions, on puise aussi bien en Centre-Val de Loire qu’en Poitou-Charente. Ils sont là pour monter sur des grosses scènes. Ce sont des artistes qui commencent à être très bons, certains finiront professionnels. Yzeures'n’Rock leur donne la possibilité de venir ici avec un système d’inscription sur notre Facebook. Cette année, sur 150 inscriptions, on en a choisi 5 qui sont très intéressants et susceptibles d’évoluer à l’avenir. Ils nous font les ouvertures des soirées".

"Après on enchaîne les groupes connus", Sébastien Manuel affiche son plaisir de voir des têtes d’affiche au programme du festival. C’est Bigflo et Oli, programmés le vendredi soir à 21h15, qui apparaissent comme la meilleure "prise" du programme 2023. "C’est vraiment des grosses machines de courses, il y a deux bus, trois semi-remorques, 60 personnes. C’est un travail de dingue à accueillir, à monter, démonter. Pareil pour Louise Attaque, pareil pour Lorenzo. On a des gros artistes sur une grosse scène (1000 mètres carrés de plateau). On a 30 techniciens prêts pour tout monter et sur la scène 2, c’est aussi des costauds".

De la scène de la prairie (500 m2) à la scène centrale, les concerts s’enchaînent. "Ça nous permet d’avoir deux vagues en doubles équipes pour remonter, démonter, remonter , démonter, remonter, démonter."

Sur cette scène II, on retrouve Naâman, la P’tite fumée, Manudigital, Lujipeka

Pour les fins de soirée, c’est la musique électronique qui s’installe. Un choix du programmateur "histoire que les jeunes se défoulent un peu sur le week-end". 

Comme son nom l’indique, Yzeures’n’Rock avait au départ pour projet de diffuser du rock’n’roll mais avec le temps, le festival a suivi les goûts musicaux de notre époque. Le rap est très présent, mais il y a aussi de la pop, toujours du rock, du reggae, de l’électro.

Le samedi s’appuie sur une programmation "plutôt familiale et on a aussi une grande place pour la musique française avec Deluxe, Massilia Sound System et Les yeux de la tête. On est plutôt cool en début de soirée et on monte crescendo dans la soirée pour finir avec des trucs qui tapent un peu".