Un complément alimentaire fabriqué à Châteauroux fait l'objet d'un rappel

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bertrand Mallen .

Fabriqué à Châteauroux, le "curcuma proactif" fait l'objet d'un rappel après la détection de taux de pesticides trop importants. Une contre-expertise, demandée par le fabricant, dédouanerait le laboratoire.

Après les pizzas Buitoni et les chocolats Kinder, le site gouvernemental Rappel Conso a émis une "fiche de rappel" concernant le complément alimentaire "Curcuma proactif" fabriqué par les laboratoires Fenioux à Châteauroux. Le rappel concerne deux lots : le 21466 et 22068.

Une seconde étude demandée

Ce rappel est dû à une dose trop importante d'oxyde d'éthylène, un désinfectant gazeux et irritant qui entre dans la composition des pesticides et classé comme "agent cancérogène, mutagène et reprotoxique" par la répression des fraudes (DGCCRF). L'organisme public a relevé sur les lots incriminés un taux de 0,37mg d'oxyde d'éthylène par kilogramme, trois fois supérieur à la dose tolérée.

Interrogé par la Nouvelle République, Christian Fenioux, dirigeant du laboratoire, évoque un mauvais protocole de dépistage mis en œuvre par la DGCCRF. "Nous avons fait faire nos analyses par un laboratoire indépendant et le taux est inférieur au taux toléré", affirme-t-il, indiquant que le taux mesuré était alors de 0,01mg par kilogramme.

Mise à jour : une contre-expertise indépendante a été demandée par le fabricant. Ses conclusions, rendues le 15 avril, rendent effectivement compte d'un taux bien en-deçà de la dose tolérée, de l'ordre de 0,01mg par kilogramme, d'oxyde d'éthylène. Les laboratoires Fenioux ont regretté que "cette affaire ait pu écorner l'image" de l'entreprise, et la confiance de ses clients.

Réputé pour "faciliter la digestion" selon son fabricant, le "curcuma proactif" est fabriqué à base de cette plante herbacée et de poivre noir. C'est la poudre de poivre noir contenue dans le produit qui, selon la DGCCRF, contiendrait un taux trop important de pesticide.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité