• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Élections régionales : les cinq principales têtes de liste reviennent sur les attentats de Paris

Élections régionales : débat avant le 1er tour entre les cinq principales têtes de liste de la région Centre-Val de Loire / © F3 Centre-Val de Loire
Élections régionales : débat avant le 1er tour entre les cinq principales têtes de liste de la région Centre-Val de Loire / © F3 Centre-Val de Loire

Nos journalistes Marine Demazure et Christophe Carin ont reçu, sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire, les cinq principales têtes de liste aux élections régionales. A quelques jours du 1er tour, ils sont revenus sur cette campagne électorale marquée par les attentats de Paris.

Par D.Cros

C’est dans une France en État d’urgence après les attentats de Paris et de Saint-Denis, survenus le 13 novembre, que se déroule cette campagne. Dans ce contexte : Quelle importance donner aux élections régionales ? La question peut se poser. Aujourd’hui, voter peut paraître futile en ces temps de repli sur soi. Le vote dit utile, pour ou contre un part, devient-il un acte de résistance face à la barbarie ? Nos cinq invités répondent à ces questions dans l’ordre du tirage au sort réalisé avant l’émission. 

Philippe Vigier tête de liste régionale LR-UDI-MODEM répond : "Voter c’est résister et c’est l’expression de la démocratie. On avait un choix binaire. On pouvait soit suspendre ces élections soit  interrompre la COP 21, mais cela voulait dire au monde entier que, quand le terrorisme frappe en France, la démocratie est à terre. Non, la démocratie n’est pas à terre. Lorsque la République est ébranlée, il faut plus de République et dans République l’expression forte de la démocratie c’est donc naturellement les élections et le vote. Ces élections régionales vont permettre de choisir le destin de cette région pour les six prochaines années".

Nicolas Sansu tête de liste régionale FDG-MRC répond : "Le vote est indispensable. Résistance est un des termes du triptyque que nous avons pris au FDG-MRC : égalité, solidarité et résistance. Je pense aussi qu’il faut plus de République, de Liberté, d’Égalité et de Fraternité mais aussi de Laïcité. Je crois aussi qu’il faut affirmer une chose, au poison de la haine distillé par Daech, il ne faut pas ajouter le poison de la division. Pour lutter contre la barbarie, il faut être cohérent et que nos grandes entreprises multinationales cessent auprès d’intermédiaires d’acheter du pétrole à Daech, du coton et du phosphate. Il faut que nos gouvernements occidentaux cessent de commercer avec le Qatar ou l’Arabie Saoudite qui ne sont pas très clairs dans l’affaire".

Philippe Loiseau tête de liste régionale du FN répond : "Voter c’est d’abord un devoir. La vie continue. Tout le monde doit se presser de voter et d’utiliser ce droit. Je voudrais dire un mot sur ces attentats dont les dirigeants politiques aujourd’hui sont les responsables. Cela fait des années que le Front National avait alerté les politiques et le peuple de ces menaces de terrorisme. Je pense que nos politiques sont responsables. On a eu les événements de Charlie Hebdo et je constate, comme beaucoup de Français, que malheureusement rien n’a été fait. On le voit avec ce drame épouvantable. Je trouve que les gens qui nous gouvernent ont manqué à leurs tâches et ont été irresponsables dans ce domaine.  Je demande aux Français de sanctionner les politiques qui sont en place, pour changer de politique et assurer la sécurité des Français".

Charles Fournier tête de liste EELV-ND répond : "Dans votre introduction, vous avez parlé des attentats et de la COP21. Je mesure que le sujet de la COP 21 est éclipsé alors qu’il est tout aussi important. Nous avons un État d’urgence pour les attentats mais nous avons aussi un État d’urgence climatique. Il me semble fondamental non pas seulement de résister mais de voter et faire un choix pour transformer le modèle dans lequel nous sommes. C’est ce modèle qui nous a conduit dans cette double situation. C’est un modèle mondialisé qui explique en partie Daech, mais aussi les problématiques d’énergies et dans notre région, l’éducation, l’information, la lutte contre l’ignorance ou la culture. Il faut faire de ce scrutin, un moment pour réfléchir sur la contribution de la région pour lutter contre ces types de crises là. C’est le projet que nous portons pour cette campagne". 

François Bonneau tête de liste du PS-PRG-CAP 21-UDE répond : "Deux mots forts ont été associé dans votre introduction, le mot de vote et le terme de futile, celles et ceux qui sont morts pour la République, pour la démocratie entendraient cette association, ils seraient horrifiés. Le vote est un élément fondamental. A un moment où notre société a été si violemment agressée, il est nécessaire même indispensable d’affirmer la démocratie, le droit de vote et de mettre nos concitoyens dans un projet collectif.  A travers ces élections régionales, il a des valeurs et un projet de société qui s’expriment. Ces élections ont toutes leurs places dans un moment où notre société doit se tourner vers son avenir". 

VOIR L'INTÉGRALITÉ DU DÉBAT :

ñ

A lire aussi

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus