À Blois, à l'occasion de son université d'été, le Parti socialiste tente de retrouver une nouvelle jeunesse

Deuxième jour de l'université d'été du Parti socialiste à Blois dans le Loir-et-Cher. La convention "retrouvons le peuple" semble convaincre les jeunes socialistes qui étaient présents en nombre.

Les jeunes socialistes étaient les plus bruyants ce samedi 26 août à l'université du Parti socialiste à Blois (Loir-et-Cher). Les plus visibles aussi avec leur centaine de drapeaux blancs au cœur d'une large foule. Dans les premières minutes de son discours, Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti Socialiste n'a pas manqué de les remercier chaleureusement.

Parmi ces militants de moins de 30 ans, certains jeunes, très jeunes socialistes ont fait le voyage depuis toute la France pour assister à une journée qui leur tenait à cœur.

Lucas, 17 ans et Ethan, 18 ans, viennent d'Ille et Vilaine et pour eux, ces universités sont "un moment de convivialité, d'unité mais aussi de travail". Lucas poursuit : "C'est important pour nous de venir ici, de comprendre ce que les députés socialistes font […] Peu importe les divergences (au sein de la gauche), on doit travailler ensemble pour faire avancer les choses".

Il faut rassembler le Parti socialiste mais il faut déjà rassembler la gauche.

Lucas, militant socialiste de 17 ans.

Pour les deux jeunes militants, l'union des partis de gauche est obligatoire pour battre la droite et l'extrême droite à l'élection présidentielle de 2027. Le Parti socialiste est à la recherche d'un second souffle : "Certes, on veut être brillant parmi les autres mais ça ne veut pas dire que l'on doit se mettre des bâtons dans les roues les uns et les autres", assure le jeune militant socialiste de 17 ans.

L'université d'été : un lieu de formation

Jeune militant de 17 ans, Sacha Prévost, adhérent aux jeunes socialistes depuis un an, espère faire partie d'une nouvelle histoire pleine de réussite. "Je crois toujours en ce parti, j'ai vraiment l'impression que l'on va pouvoir changer les choses. Je ne suis pas là pour rien, plus tard, je me rappellerai que j'étais là aujourd'hui, et que depuis, le Parti socialiste est parvenu à faire plein de choses".

Des jeunes plus nombreux qu'en 2022

Pour d'autres, l'université d'été est un moyen de se former politiquement. "J'ai assisté à des conférences de bonnes qualités permettant de se former et de partager nos idées", affirme Karl, 22 ans, lui aussi adhérent aux Jeunes socialistes. L'avenir du PS ? "La jeunesse ! Le parti porte les valeurs dont la France a besoin aujourd'hui. Il y a 3 000 adhérents en plus cette année et on est deux fois plus nombreux que l'année dernière aujourd'hui, c'est un bon signe pour la suite", expliquent Karl et son amie Ilyana 19 ans.

De plus en plus de jeunes intègrent désormais l'organisation politique des Jeunes socialistes. Désormais, l'enjeu est d'en "attirer" encore plus. "Le campus, c'est "retrouver le peuple", on réfléchit comment faire. On doit aller des jeunes partout, dans les banlieues, les ruralités et surtout montrer que le Parti Socialiste peut répondre aux questions des jeunes", ajoute Karl.

Pour Emma Rafowicz, la présidente des Jeunes Socialistes, largement acclamé lors de son intervention, il faut "redorer le blason de la démocratie qui a souffert en France et en Europe". Pour les élections européennes de 2024, la gauche française semble partie pour être divisée ou du moins non unifiée. Mais, selon Olivier Faure, pour la Présidentielle de 2027, "la gauche devra bien être unifiée" pour contrer la droite et l'extrême droite.

Ce samedi 26 août, près de 600 jeunes étaient présents, soit deux fois plus que l'année dernière selon les militants. Des chiffres à nuancer car ils restent encore loin des standards du Parti socialiste il y a une dizaine d'années. Preuve que le parti de gauche se relève difficilement de ces deux derniers échecs cuisants aux élections présidentielles de 2017 et 2022.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité