Monument préféré des Français 2023 : le château de Blois a-t-il ses chances ?

Stéphane Bern dévoile ce mercredi 13 septembre le classement du concours du Monument préféré des Français 2023. Cette année, la région Centre-Val de Loire est représentée par le château royal de Blois. A-t-il toutes ses chances ?

L'heure du Centre-Val de Loire est-elle venue ? Ce mercredi 13 septembre, est diffusée l'édition 2023 du Monument préféré des Français. Stéphane Bern dévoile le classement à partir de 21h10 sur France 3.

14 sites s'affrontent, un par région de France métropolitaine et un pour représenter la France d'outre-mer. En cinq éditions, le Centre-Val de Loire n'est pas parvenu à faire mieux que 4e.

Cette année, c'est le château royal de Blois qui porte les couleurs de la région, ayant été préféré par les votants du Centre-Val de Loire au palais Jacques Cœur de Bourges et à la maison de George Sand à Nohant-Vic. Après une série de déconvenues pour la région, le château blésois peut-il enfin ramener la timbale ?

Oui, parce que la concurrence a déjà été plus féroce

L'année où Chambord est arrivé 11e du classement du monument préféré des Français, il s'est fait devancer par des pointures réputées internationalement : la cathédrale de Strasbourg, la place Stanislas de Nancy (qui a gagné quelques années plus tard), le palais des Papes d'Avignon, ou encore l'abbaye du Mont-Saint-Michel. Autant dire qu'une 11e place n'est pas honteuse dans de telles conditions.

Mais après cinq éditions de l'émission de Stéphane Bern, toutes les régions en ont-elles encore sous la pédale ? Quatre régions présentent ainsi des citadelles ou des forteresses (celle de Belfort avait gagné en 2021), qui pourraient se neutraliser entre elles. À voir si des sites comme le domaine de Chaablis, dans l'Oise, ou le haras du Pin, en Normandie, auront la notoriété suffisante pour l'emporter. Le château de Blois semble donc avoir ses chances.

Restent quelques sites dont il faudra se méfier. Le phare de la Courbre, en Charente-Maritime, et le "Belem", trois-mâts construit à Nantes à la fin du 19e siècle, jouent la carte de l'originalité, et pourraient surprendre leur monde.

Non, parce que les châteaux de la Loire ne plaisent pas

Constat amer, mais bien factuel. La seule année où le Centre-Val de Loire n'a pas été représenté par un château, la région a atteint son meilleur rang (4e, donc) au Monument préféré des Français. C'était en 2021, avec le pont-canal de Briare.

En 2014, le château de Chambord n'a pas pu faire plus que 11e sur 22 (c'était avant la réforme territoriale qui a réduit le nombre de régions). L'année suivante, Ussé fait mieux : 7e. Ensuite, c'est la dégringolade. Le château de Villandry et ses splendides jardins ne font que 9e sur 14, dans un classement dominé par le Lion et la citadelle de Belfort, et le Palais idéal du Facteur-Cheval. En 2022, c'est la catastrophe. Azay-le-Rideau termine avant-dernier.

Conclusion : le Centre-Val de Loire devrait miser sur autre chose que ses châteaux, peut-être trop célèbres pour se démarquer sur leur originalité. Le château de Blois pourrait rencontrer le même destin que ses illustres voisins, et finir aux oubliettes de l'émission.

Oui, parce que Blois est le plus intéressant des châteaux de la Loire

Vous avez bien lu. Le château de Blois est la perle du Val de Loire. Ce n'est presque pas un château de la Loire, tant il diffère de l'unicité de presque tous les autres, de la majestuosité mégalo de Chambord à la tranquilité mélancolique d'Azay-le-Rideau. Blois, c'est une succession de constructeurs à l'ego important, qui ont, chacun, voulu imprimer leur volonté.

À chaque époque, son bout de château. La splendide salle des états généraux, et ses voûtes bleu et or, remonte au 13e siècle. Puis vient la fin du 15e siècle, avec la gracieuse aile gothique flamboyant en briques rouges. Le 16e siècle voit arriver le clou du spectacle : l'aile François Ier, avec son célèbre escalier extérieur donnant sur la cour du château, et ses séries d'arcades tournées vers la ville. Et enfin, l'aile Gaston d'Orléans, aussi classique que massive, construite aux dépens d'une bonne partie du château Renaissance.

À tout cela, on rajoute un passé des plus riches. Le roi Louis XII est né au château Blois, avant de le transformer profondément et de l'embellir. C'est ici qu'a lieu, pendant les guerres de Religion et sur ordre du roi Henri III, l'assassinat du duc de Guise, meneur catholique. Marie de Médicis y est emprisonnée par son fils, le roi Louis XIII, avant de s'en échapper de manière rocambolesque. Bref, l'Histoire ne s'est pas ennuyée à Blois. Autant de critères - parfaitement objectifs - qui font du château le candidat idéal pour la première place du Monument préféré des Français 2023.