Loiret / Loir-et-Cher : le PDG de Cevital, propriétaire de Brandt France, a été arrêté

Usine Brandt à St-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) / © France 3 Centre-Val de Loire
Usine Brandt à St-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) / © France 3 Centre-Val de Loire

Issad Rebrab, le PDG du groupe Cevital, première entreprise privée d'Algérie, a été placé en détention provisoire lundi 22 avril. Il est le propriétaire des ex-usines Fagor-Brandt de Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) et de Vendôme (Loiret).

Par Amélie Rigodanzo avec l'AFP

Depuis la démission le 2 avril du président algérien Abdelaziz Bouteflika, sous la pression d'un important mouvement de contestation populaire, la justice a ouvert des enquêtes contre plusieurs hommes d'affaires liés à l'ancien clan présidentiel.

C’est dans ce contexte qu’Issad Rebrab a été présenté à un juge et incarcéré dans le cadre d'une enquête anticorruption.
 

Issad Rebrab, 74 ans, a fondé en 1998 le conglomérat Cevital qui revendique 18.000 salariés sur trois continents, dans l'agroalimentaire, le BTP, la sidérurgie, la distribution, l'électronique ou encore l'électroménager. Le magazine Forbes estime sa fortune à 3,8 milliards de dollars, la 1re d'Algérie et la 6e d'Afrique.


Inquiétudes en France



En France, Cevital a notamment racheté en 2013 le groupe électroménager Brandt, rebaptisé "Brandt France" (marques Brandt, De Dietrich, Sauter et Vedette) qui était placé en redressement judiciaire. 533 postes avaient pu être préservés à l’usine d’Orléans (Loiret) et 222 sur le site de Vendôme (Loir-et-Cher).

"Les salariés sont inquiets" a confié mercredi à l'AFP une source syndicale du groupe Brandt, "Cevital est notre actionnaire à 100%, quand on a besoin d'investissement c'est par lui ou ses filiales. Si on nous coupe les vivres, on est mort", a ajouté ce syndicaliste.

Même inquiétude dans les Ardennes, où Cevital devait prochainement concrétiser une levée de fonds de 175 millions d'euros pour construire une usine d'équipements de traitement de l'eau, laissant entrevoir de 250 à 300 créations d'emplois, voire jusqu'à 1.000 à moyen terme.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus