Covid-19 : le reste de la région Centre-Val de Loire bientôt en vigilance renforcée ?

Après le placement en vigilance renforcée de l'Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher et de l'Eure-et-Loir, le reste de la région pourrait bien suivre le même chemin si l'on en croit le rebond soudain du taux d'incidence.

Les tests sérologiques se poursuivent pour détecter le virus et ses variants. Photo d'illustration
Les tests sérologiques se poursuivent pour détecter le virus et ses variants. Photo d'illustration © Cristiano Minichiello / Avalon / Maxppp

La stratégie reste "régionalisée", mais l'ombre du confinement s'étale un peu plus chaque jour en Centre-Val de Loire. Le 25 mars dernier, le Loir-et-Cher et l'Indre-et-Loire étaient placés en vigilance renforcée à cause de la forte circulation du coronavirus responsable du covid-19 et de ses variants. Les deux départements affichaient alors respectivement des taux d'incidence de 281 et 274 cas pour 100 000 habitants.

Le taux d'incidence dans le Loiret a dépassé le seuil d'alerte maximale
Le taux d'incidence dans le Loiret a dépassé le seuil d'alerte maximale © Guillaume Rozier / Covidtracker

Le taux d'incidence bondit dans le Loiret et le Cher

Une semaine plus tard, et pour la première fois depuis le mois de novembre, le Loiret pourrait bien rejoindre cette liste après avoir dépassé le seuil d'alerte maximale de 250 cas pour 100 000 habitants. Relativement épargné jusque là par la troisième vague, avec un taux d'incidence en relativement faible augmentation au cours de la semaine précédente, le département est passé de 177 cas pour 100 000 habitants le 19 mars à 200 le 25 et a atteint les 268 le 28 mars. Par ailleurs, la tension hospitalière du Loiret a désormais dépassé celle du Loir-et-Cher et de l'Indre-et-Loire, avec 96% des lits de réanimation occupés.

La situation est également très préoccupante dans la métropole d'Orléans, où le taux d'incidence atteint ce 29 mars les 295 cas par 100 000 habitants. Dans les départements déjà sous vigilance renforcée, l'incidence a également continué d'augmenter.

Dans le reste de la région, le Cher a également connu une hausse spectaculaire depuis le 25 mars, passant de 194 à 284 cas de covid-19 pour 100 000 habitants, et 83% des lits de réanimation occupés par des patients de la pandémie.

Reste désormais à attendre le prochain point ministériel pour savoir si ces deux nouveaux départements vont voir le niveau de surveillance réhaussée, et surtout si la région sera concernée par des mesures de "freinage" de la circulation du virus, autrement dit un nouveau confinement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement