Le lundi 18 juin, une exposition de photos était organisée sur la façade d'un bâtiment de Saint-Jean-de-Braye. Cette résidence, c'est la maison intergénérationnelle Mosaïque. Les photos sont celles de personnes qui vivent dans une structure similaire à Toulouse. Echange de bons procédés, les photos des loirétains sont présentées à Toulouse. Nous avons décidé de nous rendre sur place et vous faire découvrir ce lieu un peu unique !

À Saint-Jean-de-Braye, l'association "Habitat et Humanisme" a ouvert en mai 2016 une maison intergénérationnelle. La maison "Mosaïque" accueille des jeunes, des personnes âgées et des familles monoparentales à faibles revenus.

La résidence est composée de 43 logements privatifs et d'espaces collectifs où les personnes peuvent se retrouver : une cuisine, une salle de jeux, une terrasse, un jardin, etc.

L’objectif du projet est de créer une dynamique de convivialité, d’entraide et d’échanges d’expériences, favorable à l’insertion de chacun.


Autour des résidents, une conseillère en économie sociale et familiale, salariée de l'association, une animatrice sociale et la responsable de la maison, Marie Crosnier. Ensemble, ils sont chargés de l'animation du lieu et du bon fonctionnement de la maison.


La maison Mosaïque, située rue Jean Zay à Saint-Jean-de-Braye
La maison Mosaïque, située rue Jean Zay à Saint-Jean-de-Braye


Vivre dans la maison Mosaïque

Ici, les personnes qui choisissent de résider dans la maison intergénérationnelle signent une charte et un règlement intérieur. Ainsi, ils s'engagent à respecter les principes de ce lieu de vie. Un ou deux entretiens préalables sont organisés pour s'assurer qu'ils adhèrent au concept. Comme le précise la responsable : "s'ils viennent ici, c'est qu'ils peuvent apporter quelque chose à la maison et que la maison peut leur apporter quelque chose".



Solidarité et entraide sont les maîtres mots de cet espace où chacun aide l'autre, le jeune, le plus âgé ou la maman qui élève seule son enfant. Des affinités se créent entre les résidents. À chaque niveau il y a des logements pour les trois publics, et souvent, des portes restent ouvertes et le contact s'opère.

Tout le monde doit se dire bonjour, même quand on est mal luné .


La maison s'adresse avant tout à des personnes qui ont de faibles revenus ou qui sont en situation d'isolement. Ici, on paie une redevance, tout est compris dedans.

Parmi les 43 logements meublés :
  • 15 logements destinés aux jeunes salariés, en formation, en insertion professionnelle ou étudiants,
  • 13 logements dédiés aux familles monoparentales,
  • 15 logements pour les personnes âgées autonomes.

Au-delà des logements, les résidents bénéficient d'espaces collectifs :
  • Une salle multifonctions,
  • Un salon,
  • Une buanderie avec de l'éléctroménager à partager,
  • Une chambre d'amis, la plupart du temps pour accueillir la famille des jeunes,
  • Un jardin et des terrasses.

Dans cette cuisine commune, les résidents de la maison peuvent se retrouver pour un moment de partage
Dans cette cuisine commune, les résidents de la maison peuvent se retrouver pour un moment de partage


Qu'apporte la Maison Mosaïque ?

La maison intergénérationnelle, grâce à son panel complet de jeunes, permet  de créer de la motivation : "Et ça marche, car ils se donnent des pistes et se stimulent" précise Marie Crosnier.

Nous avons rencontré trois résidents de la maison Mosaïque qui nous parlent de leur expérience :



Au cours de la visite, nous avons pu découvrir que les logements des personnes âgées étaient mieux équipés que ceux des jeunes. Il y a par exemple un four dans leurs logements. Ainsi, il arrive à des jeunes de venir cuire un plat chez un sénior et ce qu'il se passe, c'est qu'ils mangent ensemble. Parfois, c'est le sénior qui invite le jeune. Et la responsable de la maison ajoute : "grâce à l'équipement, il y a un vrai système de partage que l'on n'avait pas imaginé".

Le baby-foot dans la salle commune, un jeu autour duquel les jeunes résidents peuvent se retrouver
Le baby-foot dans la salle commune, un jeu autour duquel les jeunes résidents peuvent se retrouver