Homme tué à Mignères : le parquet ouvre une information pour homicide volontaire contre l'auteur présumé du tir

Le parquet de Montargis (Loiret) a demandé l'ouverture d'une information pour homicide volontaire après la mort ce jeudi 23 juillet d'un homme de 42 ans à Mignères. La victime a été tuée d'une balle entre les deux yeux.
Le tireur présumé s’était rendu de lui-même à la gendarmerie.
Le tireur présumé s’était rendu de lui-même à la gendarmerie. © Guillaume Chhum / MaxPPP
Après le meurtre par balle d'un homme de 42 ans à Mignères (Loiret), le parquet a demandé l'ouverture d'une information pour homicide volontaire à l'encontre du tireur présumé. "L'auteur sera présenté à un juge d'instruction du pôle criminel samedi matin, avec une réquisition de placement en détention provisoire", a précisé le procureur de la République de Montargis Loïc Abrial.

"L'autopsie a bien confirmé comme cause du décès par tir d'arme à feu entre les deux yeux. Le projectile a été retrouvé dans la boîte crânienne de la victime", a précisé le procureur, qui parle d'un "tir à très courte distance, probablement entre dix et vingt centimètres, ce que l'on peut qualifier de tir à bout portant."

L'auteur a reconnu les faits, déclarant cependant que le coup était parti involontairement. "Ce n'est pas la thèse du parquet", a déclaré M. Abrial.

Un litige sur la réparation d'une voiture

Les faits s'étaient déroulés jeudi 23 juillet, en pleine rue, à proximité du bar-restaurant le Relais de Mignères, alors que les deux individus se seraient croisés en voiture. L’auteur présumé du tir est un habitant du village âgé de 65 ans, résidant dans la rue où s'est déroulé le drame selon La République du Centre.

"L'auteur aurait reçu un coup de poing de la part de la victime et il aurait répliqué par un tir d'arme à feu. Cette arme était dans sa voiture depuis quelque temps", a expliqué le procureur, évoquant un différend lié à "une histoire de voiture et de travaux réalisés".

Si l'homicide volontaire est confirmé, son auteur risque 30 ans de réclusion criminelle devant une cour d'assises.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers