Féminicide à Montargis : l’autopsie révèle des traces d’étranglement et des coups à la tête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eloïse Gerenton

Le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial a dévoilé ce vendredi 5 août les résultats de l'autopsie du corps de la jeune femme de 31 ans, décédée mercredi à l'hôpital d'Amilly. Des coups à la tête et une strangulation ont provoqué sa mort.

Ce mercredi 3 août, une femme a été trouvée inconsciente dans son appartement, situé rue du faubourg de la Chaussée. Au moment de la découverte, son corps portait de nombreuses fractures. Transportée à l'hôpital, elle n'avait pu être sauvée, et la petite fille qu'elle portait n’a pas survécu. Aujourd’hui, les causes du décès sont révélées.

Avec l’autopsie, l’affaire prend un nouveau tournant

Ce jeudi 4 août, le parquet de Montargis a communiqué les propos de l'auteur présumé du meurtre, mari de la victime, âgé de 35 ans. Ce dernier avait admis "qu’une dispute avait eu lieu". Il a expliqué "avoir eu des gestes violents, pour empêcher son épouse de se faire du mal à elle-même". Aucune précision sur les causes de sa mort n’avait été donnée.

En réalité, il s’avère que la jeune femme aurait succombé à un important traumatisme crânien suite à plusieurs coups portés à sa tête. Les traces de "gestes d'étranglement" ont également été relevés au niveau de son cou. 

L'auteur présumé accuse son autre compagne

L'homme nie cependant toujours avoir causé la mort de sa femme, et accuse même sa seconde compagne, qui vivait dans le même appartement. Celle-ci, âgée de 30 ans, a également été placée en garde a vue. Elle assure que c'est bien lui qui a provoqué la mort de la victime. 

Le procureur de la République de Montargis demande une information judiciaire pour "meurtre sur conjoint précédé de torture et actes de barbarie", visant le mari et son autre compagne. La suite de la procédure judiciaire doit être confiée à un juge d'instruction d'Orléans. Un placement en détention provisoire sera requis par le parquet.