Vaccinodrome d'Olivet : 10 000 injections en 12 jours, une dose de Pfizer toutes les 5 minutes

Lundi 12 avril, nous vous annoncions l’ouverture exceptionnelle du vaccinodrome d’Olivet (Loiret). Moins de quinze jours plus tard, la 10 000ème injection a été réalisée.


 

Docteur en Pharmacie. Chef d’entreprise. Mère de famille. Kinésithérapeute à l’Université d’Orléans. Représentante des pharmaciens à l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS). L’une des premières pharmacies du Loiret à vacciner contre le Covid-19. Elle s’est portée volontaire pour le Vaccinodrome d’Olivet.
Docteur en Pharmacie. Chef d’entreprise. Mère de famille. Kinésithérapeute à l’Université d’Orléans. Représentante des pharmaciens à l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS). L’une des premières pharmacies du Loiret à vacciner contre le Covid-19. Elle s’est portée volontaire pour le Vaccinodrome d’Olivet. © Théophile Mbaka

Douze jours exactement. C’est ce qu’il a fallu aux équipes du vaccinodrome d’Olivet pour réaliser 10 000 injections. C'était samedi, à 14H30... et l'annonce a fait le buzz.

Évidemment, quand une nouvelle comme celle-ci arrive aux oreilles du gouvernement, il n’est pas question de rater l’occasion de la - se - mettre en avant.

La veille, le ministre des Relations avec le Parlement annonçait sa candidature aux élections régionales en Centre-Val de Loire. Comme quoi, le hasard fait bien les choses.

Efficacité prouvée

Mais alors, comment s’y prend-t-on pour parvenir à vacciner autant de personnes ?

La réponse est simple : il n’y a pas de pause. Du lundi au vendredi, une injection est réalisée toutes les 5 minutes dans l’un des 14 boxes mis à disposition. Avec quelques jours « bonus ».

« Chaque jour il y a 14 vaccinateurs, 3 préparateurs, 2 médecins coordinateurs, et 2 ou 3 secouristes en zones post-vaccinales. Nous courons un marathon avec une grande équipe médicale, c’est pourquoi nous ne pouvons pas faire du sprint à longueur de temps. Nous ouvrons du lundi au vendredi et parfois le samedi, mais nous ne pouvons pas tenir 7 jours sur 7;
explique Adrien Thévelein, chargé de mission pour la fédération Française de Sauveteurs - Secouristes 45.

Nous préférons faire une ou deux heures supplémentaires tous les soirs pour que toutes nos doses soient administrées plutôt que d’ouvrir tous les samedis, avec moins de candidats à la vaccination. Nos ressources de soignants ne sont pas éternelles, rien ne sert de les épuiser »

Le système est simple, le nombre de doses est connu à l’avance, et les rendez-vous sont fixés sur 5 jours.

« Au début nous avions 5 000 doses par semaine, aujourd’hui, nous tournons autour de 6 000 doses. C’est l’ARS qui les répartit dans toute la région et nous le savons en avance ».

Ainsi, le centre sait déjà qu’il n’y aura pas d’ouverture exceptionnelle les samedis 1er et 8 mai prochains.

Victime de son succès

Le samedi justement, le centre augmente parfois le nombre de rendez-vous disponibles et ils partent comme des petits pains sur Doctolib.

Jeudi 22 avril, les 1.000 rendez-vous supplémentaires proposés pour le samedi 24 ont été pris d'assaut en quelques minutes.

"Au début de la campagne de vaccination, l’approvisionnement était un vrai problème mais aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas. Non seulement nous avons de plus en plus de doses chaque semaine, mais nous vaccinons plus efficacement aujourd’hui. Avec l’expérience, nous sommes passés de 5 doses sur un flacon Pfizer à 6 voir 7 doses avec une seringue adaptée. Cela fait 2 personnes de plus par flacon, c’est merveilleux !"

Où en est-on dans les critères stricts d’éligibilité ?

C’est vrai que l’on s’y perd… Alors, concrètement, qui est vacciné dans ce vaccinodrome ?

"Alors déjà, il y a la frontière de l'âge : les plus de 60 ans sont prioritaires, mais nous vaccinons également les plus de 55 ans avec comorbidités et les plus jeunes, en fonction de leurs métiers et de leurs priorités de santé..."

Mais pas seulement. Car il y a des chanceux aussi dans cette histoire. Ceux qui, depuis quelques jours maintenant, bénéficient des doses « sauvées ».

Olivet vient de rejoindre la liste très prisée des centres inscrits sur CovidListe, pour éviter le gaspillage lorsque des personnes se désistent.

L'application permet, chaque jour, de dégager 25 créneaux supplémentaires.

Qui sait, peut-être que l’un d’entre eux sera pour vous ?

Seuls 20,94 % des Français ont reçu une première dose de vaccin, et pour le moment seuls 8,21% ont obtenu les deux doses nécessaires pour être immunisé.

Pour vacciner l'ensemble de la population adulte (52 millions de personnes) d'ici août 2021, il faudrait injecter 588 640 doses chaque jour dans 2 209 centres de vaccination français.

Au rythme actuel (moyenne des 15 derniers jours), l'objectif de vacciner l'ensemble de la population adulte serait atteint le 5 janvier 2022.

Si vous n'êtes pas dans les environs d'Olivet, découvrez les centres inscrits sur COVID List dans la région Centre-Val de Loire

 

A lire également

Un vétérinaire volontaire vaccine pour la première fois des humains contre le COVID-19

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 la chronique santé