De contrôleur SNCF à loueur indépendant de vans aménagés, l'entreprise de cet Orléanais cartonne

Après avoir travaillé 20 ans à la SNCF comme contrôleur, David Oppein a voulu aller au bout de sa passion pour la vie nomade. En mai 2021, il a ouvert près d'Orléans une agence de location de vans aménagés, moyen de voyager en vogue. L'entrepreneur a d'ailleurs du mal à répondre à la demande.

Je n'ai pas attendu que ce soit tendance pour me lancer dans la location de vans. C'est un heureux hasard et les confinements successifs y sont pour beaucoup.

 

Depuis le lancement de son activité début mai 2021, David Oppein ne sait plus où donner de la tête. Ses quatre vans aménagés neufs sont constamment loués.

" L'été je loue à la semaine. Et à partir de septembre ce sera deux jours minimum. C'est incroyable la demande qu'il y a. Mais je comprends tellement bien cet engouement", se réjouit le nouveau chef d'entreprise. 

Une passion pour la vie nomade depuis près de 25 ans

David a eu son premier camping-car à 24 ans. Il a toujours aimé cette façon de voyager. "A l'époque, nous étions moins nombreux. La réglementation était moins contraignante qu'aujourd'hui. On avait un vrai sentiment de liberté", se souvient-t-il. 

Puis en 2014, il part faire le tour du monde avec son sac à dos pendant un an. " J'ai alors découvert que voyager en van se faisait dans de nombreux pays. On peut en louer ou en acheter facilement, puis le revendre en quittant le pays. J'ai trouvé ça génial et beaucoup plus simple qu'un camping-car". 

Dans la foulée, il achète un van Volkswagen qu'il aménage lui-même et fait un tour d'Europe avec ses enfants. 

Aménager son van devient une passion qui finira par devenir son métier. Mais il ne le sait pas encore. 

De contrôleur SNCF à loueur de vans

Pendant 20 ans, David Oppein est contrôleur dans les trains de la SNCF. Ces dernières années, il faisait la navette entre Orléans et la Gare de Lyon. " J'en ai eu assez de cette vie. Les horaires décalées, me faire insulter par les gens, les dérives de l'entreprise pour faire plus de profit. Je voulais changer mais pour quoi faire ?", se questionnait alors l'entrepreneur orléanais. 

Ses amis lui ont conseillé d'aller au bout de sa passion pour les vans. Il s'est alors mis à 80 % pour création d'entreprise. Sa reconversion lui prend un an et demi. " La CCI m'a beaucoup aidé mais aussi une association de retraités chefs d'entreprise. J'ai aussi touché des aides d'Initiative Loiret," raconte David. 

Pour ouvrir son agence et acheter les vans neufs, il doit investir 250 000 euros. " Les banques m'ont tout de suite soutenu. Il faut dire que la demande est importante et en plus Volskswagen s'enge à reprendre le van à un prix défini si besoin. De quoi rassurer un banquier". 

Seule agence non franchisée du Loiret

En mai 2021, David Oppein ouvre son agence Loire et Van à Cercottes au nord d'Orléans. "J'ai tout de suite eu beaucoup de demande. Je travaille en partenariat avec les offices de tourisme. Etant la seule agence indépendante dans le Loiret, j'ai pu développer des partenariats en direct. Cela a aidé. Et puis les gens aiment bien voir directement les vans sur place. C'est mieux que sur internet"

Une autre enseigne propose des vans à louer dans le Loiret. Il s'agit de Van-it, une agence franchisée qui dépend d'une maison-mère à Paris. Les locations se font par internet. 

"On n'est pas en concurrence. Il y a tellement de demandes que je ne suis pas inquiet," confie David. 

Une demande qui explose depuis le début de l'épidémie

Si beaucoup d'enseignes vendent ou louent des camping-cars, très peu proposent des vans. Il faut dire que depuis le confinement de mars 2020, l'offre est largement inférieure à la demande.

" D'un côté les usines allemandes Volskwagen ont arrêté de produire pendant de longs mois et de l'autre les gens ont pris goût à ce type de transport pour voyager autrement après les confinements successifs", constate David. 

Résultat : le nombre de nouvelles immatricultions de vans a explosé en 2020-2021 avec une hausse de 89 % et il faut désormais attendre 14 mois avant d'avoir un van neuf. "C'est du jamais vu", selon David qui a déjà commandé ses prochains vans neufs. 

"Je souhaite en changer tous les deux ans pour ne proposer que du neuf à mes clients. Pour ça il faut s'y prendre très en amont. Je dois attendre que les neufs arrivent pour revendre les autres. Si j'ai un conseil : n'achetez pas maintenant. C'est de la folie". 

Un van neuf coûte presque aussi cher qu'un camping-car : entre 65 000 et 70 000 euros. Ce qui peut expliquer l'engouement pour la location. 

Budget de 800 à 1200 euros la semaine en été, 400 en basse saison

David loue ses vans aménagés sur devis. "Les prix varient en fonction des modèles et de la demande. Un van trois places en été se loue 800 euros par semaine. Un van haut de gamme avec WC intégré coûtera 1200 euros la semaine. En basse saison, un van se loue environ 400 euros la semaine." 

Pour fixer ses prix, David s'est basé sur les tarifs de location de mobilhome. " La liberté en plus. Les vans ne dépassent pas 2 mètres de haut. C'est donc plus simple de stationner avec un van qu'avec un camping-car qui ne passe pas sous les portiques". 

Quand je vois les retours des clients, je suis confiant. C'est une bonne idée et le concept plaît.

David Oppein, loueur de vans aménagés

Depuis qu'il a lancé son activité en mai dernier, il est plutôt satisfait de sa nouvelle vie de chef d'entreprise. "En plus de la demande, je reçois beaucoup d'encouragements. C'est juste nouveau pour moi de ne dépendre que de moi-même. Je dois prendre toutes les décisions seul. Et je ne suis pas toujours certain de prendre les bonnes. Mais quand je vois les retours des clients, je suis confiant. C'est une bonne idée et le concept plaît. "

Et de conclure un peu inquiet quand même : " Si ça ne marche pas, ça ne dépendra pas de moi. Seul un nouveau confinement pourrait mettre mon activité en péril. " 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie portrait mobilité transports