L'ancienne préfète du Loiret et du Centre-Val de Loire, Régine Engström, condamnée par la justice pour prise illégale d'intérêts

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce lundi, Régine Engström à 25 000€ d'amende et une interdiction d'exercer une fonction publique d'un an avec sursis. Elle avait été soupçonnée d'avoir soutenu un projet immobilier de son ancien employeur Nexity.

La peine est quasiment conforme à celle requise en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris contre la fonctionnaire, qui n'est plus préfète depuis août 2023 mais chargée de mission auprès du ministère de la Transition écologique.

Un projet immobilier à Montargis dans le Loiret

Régine Engström, 59 ans, préfète du Loiret et du Centre-Val de Loire, de mars 2021 à août 2023, était poursuivie pour prise illégale d'intérêt pour avoir soutenu un projet immobilier de Nexity dans une ancienne caserne désaffectée à Montargis (Loiret).
Le promoteur prévoyait de détruire une partie du bâtiment du XIXe siècle pour y construire une résidence sénior haut de gamme. Or, elle avait œuvré, avant sa nomination comme préfète en février 2021, comme directrice des partenariats stratégiques et de la responsabilité sociale et environnementale à Nexity.

La prévenue n'avait certes aucun intérêt financier dans cette affaire, mais elle a compromis "son indépendance, son impartialité et son objectivité", avait estimé le représentant du parquet lors de l'audience. Dans sa décision, le tribunal a estimé que la préfète se devait d'être "particulièrement vigilante", d'autant qu'elle n'avait quitté son poste à Nexity pour arriver à la préfecture que quelques mois plus tôt.

Un manque d'expérience et de "recul" ? 

Il a mis en avant la particulière "exigence de probité" que l'on est "en droit d'attendre de la part d'une préfète", mais a cependant pris en compte son manque d'expérience et de "recul" dans cette fonction.
À la barre, l'ex-préfète s'était défendue en assurant qu'"à aucun moment" elle n'avait "franchi de ligne rouge".

Dès son arrivée dans la région, elle s'était déportée sur ce sujet au profit du secrétaire général de la préfecture du Loiret et de la secrétaire générale aux affaires régionales (SGAR), avait-elle affirmé. 
Le déport n'a cependant pas été "formalisé", en tout cas avant le 11 mai 2022, à la suite d'une injonction de la Haute autorité de la transparence pour la vie publique et après la publication d'articles, notamment dans Mediapart.

"Le tribunal n'a pas tenu compte de la réalité du dossier et de l'absence d'intervention de Mme Engström dans le processus de protection de la caserne de Montargis", ont réagi auprès de l'AFP les avocats de la préfète, Christophe Ingrain et Tristan Gautier. Ils ont fait appel du jugement.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité