Loiret : 2 ans de prison ferme requis contre le “médecin aux 120 patients” jugé au tribunal correctionnel d'Orléans

Jean-Marc Blanchon était jugé ce mardi 29 juin au tribunal correctionnel d’Orléans, pour fraude et d’escroquerie à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). Le procureur a requis cinq ans de prison dont deux ferme contre le médecin orléanais.
Jean-Marc Blanchon, le "médecin aux 120 patients", comparaissait fin juin devant le tribunal d'Orléans.
Jean-Marc Blanchon, le "médecin aux 120 patients", comparaissait fin juin devant le tribunal d'Orléans. © A. Rigodanzo / X. Naizet / France Télévisions

Un médecin peut-il réellement recevoir 120 à 140 patients par jour ? C’est en tout cas ce que prétend le Dr Jean-Marc Blanchon, qui pratiquait à Orléans, dans le quartier de l’Argonne jusqu’à fin 2020. Mais pour la CPAM, c’est juste impossible et elle avait donc porté plainte contre lui pour fausses déclarations en juillet 2019. En clair elle le soupçonne d’avoir, à partir de 2015, rempli et signé de fausses feuilles de soin pour encaisser des honoraires sans avoir réellement reçu tous ces patients.

A l’époque, le médecin avait été placé en garde à vue. Interviewé par l’une de nos équipes, il avait déclaré se retrouver “avec énormément de gens pour pallier le système qui est défaillant ici”. Il clamait son innocence et s’indignait d’être accusé alors qu’il voulait faire au mieux :“Au-delà de 72 patients c'est considéré comme de la fraude.”

Selon le Conseil de l'ordre des médecins, il n'y a aucun nombre de patients imposé aux médecins. "En moyenne, un généraliste reçoit entre 40 et 50 patients par jour, ce qui fait déjà des grosses journées".

Lors de sa comparution devant le tribunal d’Orléans ce mardi 29 juin, la ligne de défense du Dr Blanchon est restée la même, comme le raconte France Bleu Orléans.

Le procureur a requis cinq ans de prison dont trois avec sursis probatoire de deux ans, avec obligation de rembourser les parties, et une interdiction d’exercer pendant cinq ans. Une interdiction qui lui avait déjà été notifiée en novembre dernier et dont il avait fait appel.

Les avocats du médecin ont quant à eux demandé la relaxe pure et simple car il n’existe d'après eux aucune preuve de fausse facturation, ni d'escroquerie. Le tribunal rendra sa décision le 2 septembre 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société