• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Scandale des faux steaks : 600 kilos de viande frauduleuse livrés aux Restos du Coeur dans le Loiret

Au total, près de 780 tonnes de faux steaks ont été distribuées en France depuis juillet 2018. Photo d'illustration / © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN
Au total, près de 780 tonnes de faux steaks ont été distribuées en France depuis juillet 2018. Photo d'illustration / © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Des millions de faux steaks, comestibles mais sans valeur nutritionnelle, ont été distribués à l'insu des associations caritatives depuis juillet 2018. Dans le Loiret, 600 à 700 kilos de steaks ont été interceptés par les Restos du Coeur avant leur distribution. Une plainte a été déposée.

Par Bertrand Mallen

Ils avaient commandé des steaks hachés, ils ont reçu des produits 0% boeuf. La distribution de 780 tonnes de faux steaks, comestibles mais sans viande, fabriqués en Pologne et révélée par RTL a touché les plus démunis de toutes les régions depuis juillet 2018, y compris en Centre-Val de Loire. C'est par le biais du Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) que les faux steaks sont parvenus aux antennes régionales des associations.

"Deux à trois palettes" collectées dans le Loiret

"Nos associations nationales ont donné l'alerte dès que le problème a été détecté", explique au téléphone Yves Mérillon, président des restos du Coeur dans le Loiret. "Dès que nous avons été alerté, les produits ont été récupérés et renvoyés à l'expéditeur". Au total, ce sont "deux à trois palettes", soit 600 à 700 kilos de steaks, qui ont ainsi été interceptés avant distribution dans le département.

Après le signalement des associations, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a été saisie. Ce sont les bénéficiaires des différentes associations de redistribution qui ont donné l'alerte "pendant l'hiver" d'après Yves Mérillon, après quoi les steaks ont cessé d'être distribués. Après des analyses, la Fédération des banques alimentaires a décidé de suspendre le produit le 9 avril.

Fabriqués par une société polonaise et distribués par l'intermédiaire d'une entreprise française, les "steaks" étaient en réalité composés de morceaux de gras, de peau, et contenaient également des traces d'amidon et de soja. Au total, l'affaire concerne un achat groupé évalué à 5,2 millions d'euros. L'enquête de la DGCCRF est en cours et les fraudeurs encourent 2 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende pour tromperie et fraude en bande organisée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus