Université d'Orléans : le directeur de l'UFR Sciences mis en examen pour détournement de fonds publics

Après une longue garde-à-vue le 30 septembre, Hechmi Toumi est ressorti mis en examen, contrairement à l'actuel président de l'université. 

Hechmi Toumi, président du département sciences et candidat à la présidence de l'université d'Orléans.
Hechmi Toumi, président du département sciences et candidat à la présidence de l'université d'Orléans. © Grégoire Grichois / France Télévisions
Le directeur de l'UFR Sciences et Techniques de l'université d'Orléans, Hechmi Toumi, a été mis en examen ce 1er octobre pour détournement de fonds publics, abus de confiance, faux et usage de faux. Le président de l'université, Ary Bruand, a été placé sous le statut de témoin assisté.  Un troisième homme, le directeur de l'Institut de prévention et de Recherche sur l'ostéoporose (Ipros) du Centre hospitalier régional d'Orléans, est poursuivi pour abus de confiance.

Les trois hommes avaient été placés en garde à vue le 30 septembre, et une information judiciaire avait ensuite été ouverte.  L'affaire concerne des notes de frais (notamment l'entretien du véhicule personnel de M. Toumi) et des primes indument perçues pour une valeur supérieure à 150.000 euros, selon la procureure d'Orléans, Emmanuelle Bochenek-Puren. 

Alors que l'enquête a commencé il y a plus de deux ans, l'annonce intervient à moins d'une semaine des élections pour la présidence de l'université d'Orléans, le 6 octobre, Ary Bruand et Hechmi Toumi ont présenté des listes concurrentes. "Je ne sais pas s'il y a une coïncidence, il y a au moins une concomitance. J'ai écris au parquet pour dire que je m'étonnais qu'à la veille des élections, Mr Toumi se trouve convoqué sans pouvoir reporter cette date. Je n'ai pas été honoré d'une réponse..." confie à France 3 l'avocat de Hechmi Toumi, Me Jérôme Wedrychowski. 

L'université d'Orléans est ainsi touchée pour la deuxième fois en quelques mois par les affaires. En juin, le prédécesseur de M. Bruand, Youssoufi Touré, avait été condamné par le tribunal judiciaire d'Orléans à un an de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour détournement de fonds publics.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers