Mains sèches, irritations, rougeurs.. Que faire contre les problèmes de peau liés aux lavages et au port du masque ?

Les autorités sanitaires recommandent de se laver très régulièrement les mains, pendant 30 secondes. / © Jasmin Sessler/Pixabay
Les autorités sanitaires recommandent de se laver très régulièrement les mains, pendant 30 secondes. / © Jasmin Sessler/Pixabay

Face à la crise sanitaire du coronavirus, on se lave les mains plus souvent et l’on est incité à porter un masque dans les magasins ou les transports. Ces gestes entraînent parfois des irritations des mains, des oreilles, du nez. Voici quelques astuces pour éviter ces problèmes cutanés.

Par Julie Postollec

L’été approche mais certains d’entre vous ont les mains sèches comme en plein hiver. C’est normal, c’est dû – indirectement – à l’épidémie de Covid-19. En effet, à force de se nettoyer les mains très régulièrement, la peau peut se dessécher et s’irriter. "D’après les retours que j’ai, cela touche tout le monde", assure Valérie Auroux, docteur en pharmacie à Orléans (Loiret). Les témoignages sur les réseaux sociaux ne manquent d'ailleurs pas.

Les cas les plus sévères concernent "les personnels soignants qui cumulent savonnage et solutions hydro-alcooliques, ils peuvent avoir des irritations plus importantes, avec même des fendillements ou des crevasses", reconnaît Valérie Auroux. Plusieurs d’entre eux avaient d’ailleurs décrit ce problème sur Twitter et reçu des dons de crèmes.

 

Dermite irritative

Ces réactions peuvent être de deux natures d'après Annabel Maruani, professeure de dermatologie au CHU de Tours et membre de la Société Française de Dermatologie. Dans des cas assez rares, il peut s'agir d'un eczéma de contact, c'est-à-dire d'une allergie à un ingrédient d'une solution hydro-alcoolique ou d'un produit bio-nettoyant.

"Le problème le plus fréquent, à ne pas confondre avec l'eczéma, est la dermite irritative des mains, qui peut aller entre les doigts jusqu'à la moitié de l'avant-bras. Il y a une sensation d'échauffement, de brûlure, un vrai inconfort", décrit la dermatologue.

"Les raisons sont multiples, mais c'est souvent lié à un mésusage", précise-t-elle. Par mésusage, elle entend le fait de se laver les mains avec des savons antiseptiques irritants puis de porter des gants. 

"L'autre cause est le fait d'alterner le nettoyage au savon et la solution hydro-alcoolique", c'est-à-dire d'utiliser l'un peu de temps après l'autre. "Le soluté hydro-alcoolique n'est pas tellement irritant car il y a des produits hydratants dedans, explique Annabel Maruani. En revanche, l'eau rend la peau plus perméable et prédispose donc à l'irritation, et les savons en eux-mêmes sont irritants donc on rajoute de l'irritation."

Attention au mélange gel hydro-alcoolique et crème

La dermatologue conseille donc aux personnes souffrant de dermite irritative deux solutions : soit d'utiliser uniquement des solutions hydro-alcooliques sur leur lieu de travail (mis à part quand elles se rendent aux toilettes), soit de se laver les mains à l'eau et au savon de façon fréquente et d'utiliser dans ce cas-là un savon surgras.

Si elle recommande de mettre des crèmes hydratantes après un nettoyage au savon, notamment le soir en rentrant à la maison et le matin avant de partir au travail, elle ne prodigue pas le même conseil avec les solutions hydro-alcooliques (SHA) : "il n'y a pas d'étude pharmacologique pour savoir s'il n'y aurait pas une interaction entre les SHA et les crèmes, il serait possible que l'un inhibe l'autre par exemple."

La pharmacienne, elle, conseille "des solutions hivernales avec des 'cold creams'"c’est-à-dire des soins anti-froid destinés à la protection des zones agressées.

Pour lutter contre des réactions cutanées plus importantes, elle propose "un remède de grand-mère" : avant de se coucher, il faut se badigeonner les mains de vaseline et mettre par-dessus des gants de coton. "On dort toute la nuit avec ces gants et le lendemain, on a des mains au point pour démarrer la journée".

Irritation du nez et des oreilles

Un autre problème pointé du doigt avec le port du masque qui se généralise est l’irritation derrière les oreilles à cause de l’élastique qui frotte. "Souvent, les masques sont adaptés à une morphologie, souligne Annabel Maruani, cela peut créer des micro fissures, derrière les oreilles".
 

Le masque peut aussi frotter le nez. Pour Valérie Auroux, "le commun des mortels porte un masque peu de temps en terme de durée, et il s’agit de modèles peu contraignants", à l’inverse des soignants "qui portent 12 heures d’affilée des masques comme les FFP2 qui sont plus serrés et plus englobants".

"C’est arrivé à des membres de mon équipe d’avoir cette petite irritation au niveau de la barrette nasale due aux frottements et à l’humidité générée par la respiration sous le masque", constate-t-elle.

La dermatologue fait un constat similaire : "porter des masques occlusifs qu'on n'utilise pas habituellement peut générer une sorte d'érythème [lésion dermatologique très courante caractérisée par une rougeur, NDLR] des joues mais qui régresse assez vite, et une sécheresse au niveau de la bouche qui peut induire une irritation des lèvres, mais c'est rarement sévère."

Crèmes et trombones

Face à cette situation, baumes et crèmes sont les bienvenus. Comme Annabel Maruani, la pharmacienne conseille "des crèmes cicatrisantes qu’on utilise habituellement sur les cicatrices post-opératoires, qui sont très chargées en acide hyaluronique et en minéraux antiseptiques".

Pour les oreilles, il est par ailleurs recommandé, dans la mesure du possible, de prendre des masques qui s’attachent derrière la tête au lieu de ceux avec des élastiques.

Si ce n’est pas possible, des trucs et astuces fleurissent : le traditionnel pansement derrière l'oreille ; le trombone ou la barrette pour tenir les élastiques derrière le crâne ; les boutons sur les branches de lunettes ou un support de masque pour l'accrocher directement dessus.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus