Orthographe : la région Centre-Val de Loire parmi les meilleurs élèves

Publié le Mis à jour le
Écrit par Barbara Gabel
Parmi les régions qui font le moins de fautes d'orthographe, on retrouve le Centre-Val de Loire sur le podium.
Parmi les régions qui font le moins de fautes d'orthographe, on retrouve le Centre-Val de Loire sur le podium. © France Télévisions

Le Centre-Val de Loire obtient la troisième place des régions les mieux notées en orthographe, derrière les Pays de la Loire et l’Île-de-France. C’est ce que révèlent les résultats du Baromètre Voltaire sur le niveau d’orthographe des Français, avec un focus sur les 15-25 ans.

"Ils chantes" ou "ils chantent" ?, "on" ou "ont" ?, "ça", "çà" ou "sa" ?... Ces règles de base, les habitants de la région Centre-Val de Loire les maîtrisent à 58,4 %, soit plus que la moyenne nationale qui est de 57, 5%. Depuis 2015, le baromètre du Projet Voltaire mesure le niveau des Français sur 84 règles de base censées être maîtrisées au collège.

Cette année, notre région occupe la troisième place du podium, 3 places de plus qu’en 2018 ! En première position, on retrouve la région Pays de la Loire, suivie par l’Île-de-France.

Au total, les résultats de 367 personnes, tous âges confondus, ont été analysés dans la région Centre-Val de Loire.
 
Professeure de français au lycée Grandmont à Tours, Claudie Hallard constate que "ce sont surtout des fautes comme a/à ou et/est qui posent toujours problème". Mais observe chez ses élèves "une certaine maturité et une prise de conscience quant à la maîtrise de l’orthographe pour leur vie professionnelle".
 

Un portrait des 15-25 ans


Justement, nouveauté cette année, le Projet Voltaire fait un gros plan sur les jeunes de 12 à 25 ans. Cette tranche d’âge concerne la majorité des candidats du Centre-Val de Loire avec 303 répondants qui maîtrisent 58 % des règles.

Ils ont été interrogés sur leur goûts musicaux, leur usage des réseaux sociaux, leurs youtubeurs favoris ou encore leur affinité avec le solfège. Ainsi, le Projet Voltaire esquisse le profil type des jeunes calés en orthographe :
 

Un garçon de 17 ans qui vit en région Centre-Val de Loire. Son genre de musique préféré est la funk. Il affectionne particulièrement les jeux de rôle. Il est un fervent utilisateur de Twitter, mais aussi d’Instagram et de Snapchat. En rentrant du lycée, il se détend en regardant les vidéos de Mastu sur YouTube ou en lisant des polars. Baromètre Voltaire

"Je ne reconnais pas mes élèves dans ce profil type", réagit Claudie Hallard. "Certes, le milieu socio-culturel dans lequel vous évoluez joue dans la maîtrise de la langue. Mais vivre dans un milieu favorisé n’empêche pas de faire d’énormes fautes d’orthographe."
 

Dis-moi ce que tu écoutes, je te donnerai ton niveau en orthographe


Alors, est-ce que l'expression "Dis-moi ce que tu écoutes, je te donnerai ton niveau en orthographe" existe? "Ça ne veut rien dire", martèle la professeure de français.
 

Quand on étudie la poésie avec mes élèves de STMG, je leur demande de me présenter une chanson d’un artiste français avec des paroles qui leur parlent : j’ai découvert qu’ils écoutaient beaucoup de rap comme Lomepal, Romeo Elvis et Bigflo et Oli. J’ai été surprise de voir que les textes sont plutôt bien écrits sur des sujets importants comme l’écologie, le chômage, la violence… Mais ça ne veut pas dire pour autant que les élèves qui les écoutent sont excellents ou mauvais en orthographe ! - Claudie Hallard, professeure de français.

Savoir bien conjuguer un verbe, accorder un adjectif ou un participe passé, c'est donc plus compliqué que cela. Les statistiques du Projet Voltaire sont à prendre avec prudence. Ce n’est pas une étude scientifique et seules 7 087 personnes ont testé leurs compétences orthographiques sur ce service en ligne.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.