Vols à la roulotte sur l'autoroute A10 : une partie du réseau démantelé, un individu interpellé à Tours

Depuis plusieurs mois, les gendarmes constatent des vols répétés sur les aires de l'autoroute A10. Lors d'une opération menée dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, 10 personnes ont été interpellées, dont une à Tours, en Indre-et-Loire. 
Une partie du matériel numérique dérobé a été saisi par la section de recherches d'Orléans et la gendarmerie du Loiret.
Une partie du matériel numérique dérobé a été saisi par la section de recherches d'Orléans et la gendarmerie du Loiret. © Section de recherches d'Orléans.
C'est le résultat d'une enquête de long cours. Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, 10 personnes ont été interpellées, dont une à son domicile de Tours. Parmi les neuf autres individus, arrêtés à Paris et en région parisienne, six ont été pris en flagrant délit.

Depuis plusieurs mois, les brigades de gendarmerie de la région Centre-Val de Loire constataient un accroissement des vols à la roulotte sur les aires de l'autoroute A10, notamment dans les départements de l'Indre-et-Loire, de l'Eure-et-Loir, du Loiret et du Loir-et-Cher.

Les malfaiteurs ont été présentés jeudi et vendredi à un juge d'instruction à Orléans : sept d'entre eux ont été placés en détention provisoire, deux ont été mis en examen sous contrôle judiciaire et le dernier a été placé sous le statut de témoin assisté.
 

Une soixantaine de plaintes en Centre-Val de Loire

Une enquête préliminaire a été menée par la section de recherches d'Orléans et les unités de sécurité routière de la gendarmerie du Loiret, sous l'autorité du parquet du tribunal judiciaire d'Orléans. Le 16 octobre, une information judiciaire a été ouverte pour association de malfaiteurs, vols en bande organisée et recels. À partir des informations recueillies lors des investigations, un groupe criminel, structuré en quatre équipes, a pu être identifié. 

"Nous avons travaillé à partir d'une soixantaine de plaintes déposées en région Centre-Val de Loire. Mais nous estimons que le nombre réel de vols est quatre fois supérieur à ceux que nous avons identifiés", détaille le Colonel orléanais Étienne Peltier. 

Les malfaiteurs repérés n'agissaient pas seulement sur l'A10 : ils se déplaçaient sur une distance de 300 kilomètres et commettaient également leurs vols sur les aires des autoroutes A6, A4 et A1 dans les deux sens de circulation. Pour mieux cerner ce réseau, les enquêteurs ont uni leurs forces avec celles de la gendarmerie d'Île-de-France, notamment lors de l'opération du 30 novembre dernier.

Des vols sans effraction

Le mode opératoire de ces bandes organisées est bien rôdé. Les individus réalisaient des raids nocturnes en quelques minutes et le plus souvent sans violence physique. Ils s'attaquaient notamment aux camions et aux véhicules de particuliers non verrouillés, pour y dérober les effets personnels de leurs propriétaires (portefeuille, portable, tablette...). Le matériel numérique était ensuite revendu. 

Ces bandes sont très rapides : elles peuvent parfois dévaliser tous les véhicules accessibles sur une aire d'autoroute en l'espace de 30 ou 40 minutes. Et souvent, le conducteur est endormi à l'intérieur.

Le Colonel Étienne Peltier

Une grande partie de ce réseau criminel a été démantelé, mais l'enquête n'est pas terminée, prévient le Colonel. Il met ainsi en garde les automobilistes qui seraient amenés à passer la nuit sur une aire d'autoroute. "Il est très important de verrouiller ses portières car d'autres individus sont encore à l'affût."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité société sécurité routière autoroute a10 économie transports justice