• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Manifestation de soutien à un nationaliste corse victime d'une tentative d'assassinat

Une cinquantaine de personnes, amis et proches de Christophe Pieri se sont réunis lundi 18 février dans le Fiumorbu. / © Antoine Albertini / FTViaStella
Une cinquantaine de personnes, amis et proches de Christophe Pieri se sont réunis lundi 18 février dans le Fiumorbu. / © Antoine Albertini / FTViaStella

Une cinquantaine de personnes, proches et amis de Christophe Pieri, s'est réunie lundi 18 février près de Migliacciaro en Haute-Corse, au domicile du militant nationaliste, victime d'une tentative d'assassinat le 1er février dernier.

Par Grégoire Bézie

Une cinquan​taine de proches et amis

"Christophe est toujours un patriote. Nous lui apportons tout notre soutien" a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-Philippe Antolini, membre de l'exécutif du mouvement indépendantiste Corsica Libera, également représenté par Jean-Guy Talamoni, président du groupe Corsica Libera à l'Assemblée de Corse.


Autour de la victime, de son père et de sa soeur, une cinquantaine de militants et proches de Christophe Pieri étaient présents lundi matin, dont Joseph Colombani, président de la FDSEA de Haute-Corse (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles). Se tenant un peu à l'écart, plutôt détendu, Christophe Pieri, a indiqué ne pas vouloir s'exprimer.

Christophe Pieri, 43 ans, avait été légèrement blessé au bras alors qu'il sortait d'un bar de Migliacciaro, sur la plaine orientale. Cette tentative d'assassinat avait été tenue confidentielle pendant trois jours avant d'être finalement révélée dans la presse.

Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, Christophe Pieri était au volant de son véhicule lorsqu'il a été pris pour cible par au moins un tireur. La victime, qui n'a pas été hospitalisée, n'a pas porté plainte. La police judiciaire a toutefois été saisie d'une enquête pour tentative d'assassinat.
Collectif de soutien à Christophe Pieri, victime d'une tentative d'assassinat
Jean Philippe Antolini, porte-parole des "Proches et amis de Christophe Pieri"

Connu des services de police

Christophe Pieri avait été condamné en 2008 à six ans de prison ferme dans une affaire de racket. Il avait été acquitté dans un procès pour assassinat. C'est le fils de Charles Pieri, ancien dirigeant nationaliste, lié au milieu du grand banditisme.

Celui-ci avait été condamné notamment à 10 ans de prison en 2005 pour abus de biens sociaux, extorsion de fonds et association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste. La peine avait été ramenée à huit ans en appel. Sorti de prison en 2009, Charles Pieri y est retourné en juin 2011 après avoir été arrêté en possession d'armes et de faux documents d'identité, ayant rompu son contrôle judiciaire.

Tentatives et assassinats en Corse

La tentative d'assassinat de Christophe Pieri est la seconde depuis le début de l'année en Corse.

Le 25 janvier, c'est le père d'un homme assassiné en septembre 2011 qui avait échappé indemne à une tentative, à Ponte-Leccia (Haute-Corse). Jean Gandolfi avait été pris pour cible par un tueur en moto alors qu'il venait d'arrêter devant un café son véhicule 4x4, à bord duquel se trouvaient son épouse et leur petite fille âgée de 3 ans.

Le 12 février, Dominique Laorenzi, 40 ans, un gérant d'établissement de nuit connu de la police, a été criblé de balles au volant de sa voiture à Ajaccio. Le guet-apens, sur un mode opératoire très professionnel, avait été tendu par un commando en deux roues. Une douzaine de balles de calibre 9mm avaient été tirées, avant que le tireur ne s'approche à pied pour achèver sa victime.

Vingt homicides ont été commis en Corse en 2012 et dix-sept tentatives enregistrées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus