• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Préavis de grève des marins CGT pour le 11 avril

Le navire de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), le "Corse", sur le port de Marseille en 2012 / © BORIS HORVAT / AFP
Le navire de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), le "Corse", sur le port de Marseille en 2012 / © BORIS HORVAT / AFP

Un préavis de grève de 24 h à la SNCM et à la CMN a été déposé pour le 11 avril à l'appel de la CGT. Le ministre des Transports tente, ce 11 avril, de faire adopter un projet de loi autorisant les navires sous pavillon étranger sur les lignes nationales.

Par Jean Crozier

Les marins CGT de la SNCM protestent ainsi une nouvelle fois contre l'armement du Venizelos avec des marins grecs.


Un projet de loi à l'ordre du jour

Mais ils s'engagent aussi dans un mouvement national visant à dénoncer la proposition du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, qui tentera ce jour là à l'assemblée nationale de faire adopter un projet de loi autorisant les pavillons étrangers sur les lignes nationales.

Sur ce mot d'ordre de grève à l'échelon national, la CGT de la CMN rejoint également ce mouvement et sera donc en grève le 11 avril.

Un communiqué de Paul-Marie Bartoli, président de l'Office des Transports de la Corse

Paul Marie Bartoli, Président de l’Office des transports de la Corse, prend connaissance de la décision de la SNCM de faire appel à des bateaux sous pavillon grec et italien pour assurer le trafic maritime.

Cette décision est d’autant plus inacceptable qu’elle émane d’une compagnie qui a toujours protesté contre les distorsions de concurrence en raison, selon elle, de l’utilisation de ces pavillons.

Il n’est guère compréhensible qu’une compagnie sachant que deux de ses navires ne pourraient assurer les liaisons maritimes sur la saison, s’organise avec autant de retard et de légèreté pour obtenir les autorisations nécessaires auprès des autorités administratives.

Il est à noter que ce choix inconséquent intervient en cours de finalisation de l’attribution de la délégation de service public de la desserte maritime entre les ports de Corse et Marseille.

Le Président de l’OTC demande à la SNCM le respect du pavillon français de premier registre au départ de Marseille.

Une grève illimitée porterait un coup fatal à l’économie insulaire particulièrement fragilisée en temps de crise. De surcroît, elle pourrait entraîner la disparition de la SNCM avec des conséquences dramatiques en termes d’emplois.

Le Président de l’OTC est intervenu auprès du ministre  en charge des transports afin qu’une procédure d’urgence permette l’inscription de ces navires sous pavillon français avec équipage français.

Il appelle- conclut le communiqué de P.M. Bartoli-  l’ensemble des parties à faire preuve de maturité et de responsabilité dans l’intérêt des corses et de l’économie de l’île.

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec Alex Vinciguerra, président de la caisse de développement de Corse

Les + Lus