• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“Trop, c'est trop !”, réagissent les coureurs du Tour 2013

Dans les environs de Porto Vecchio, Christopher Froome et l'équipe Sky, le 27 juin 2013 / © PASCAL GUYOT / AFP
Dans les environs de Porto Vecchio, Christopher Froome et l'équipe Sky, le 27 juin 2013 / © PASCAL GUYOT / AFP

Les coureurs du Tour de France, par le biais de leur association internationale (CPA), ont réagi vigoureusement  ce vendredi  28 juin aux accusations de dopage liées à des affaires passées.

Par Jean Crozier avec AFP

"Il est déshonorant de se faire systématiquement traîner dans la boue et dénigrer par certains qui cherchent, soit à gagner de l'argent sur nous soit à rechercher de la notoriété. Trop, c'est trop!", a déclaré l'association des coureurs.

"Aujourd'hui les limites du supportable ont été atteintes ! Nous avons depuis de nombreuses années démontré notre bonne volonté en direction d'une lutte antidopage sans faille. Nous le payons souvent au détriment de notre vie privée et de notre intégrité physique", a estimé le CPA.

"Si la culture du dopage avait lieu dans les années 90, depuis 15 ans notre sport combat seul ce fléau du dopage.
Nous en sommes même aujourd'hui les précurseurs aux regard de beaucoup", a poursuivi l'association des coureurs.

"Notre génération parle et agit en pensant au présent et surtout à l'avenir mais certainement pas d'un passé révolu.
Nous aimerions donc que l'égalité de traitement puisse se mettre en place.

Nous sommes des coureurs cyclistes professionnels et fiers de l'être. Mais ne nous considérez pas comme des sous-citoyens, comme vous le faites depuis trop longtemps.

Respectez nos droit fondamentaux d'individu à part entière", a conclu le CPA.

Les jours précédant le départ du Tour de France ont été rythmés par le rappel d'affaires de dopage remontant au passé, le dernier élément en date étant l'entretien paru dans le journal Le Monde de l'Américain Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires (1999 à 2005) pour dopage.

Les propos d'Armstrong exaspèrent le peloton

Soupirs, silence ou coups de gueule: coureurs et organisateurs du Tour de France ont manifesté chacun à leur manière la même exaspération de voir l'épreuve à nouveau mise à l'index vendredi dans une interview de Lance Armstrong posant le dopage comme préalable à la victoire.

Les propos du coureur américain, déchu de ces sept titres le 22 octobre dernier après les révélations des preuves de son dopage, ne sont pas nouveaux. Lors de ses aveux télévisés dans l'émission Oprah Winfrey en janvier, il avait déclaré que "durant cette génération" (la sienne), il était impossible de gagner sans se doper.

Sa nouvelle affirmation dans une interview au Monde ("Impossible de gagner sans dopage"), qui vient s'ajouter aux confessions du vainqueur du Tour 1997 Jan Ullrich samedi dernier et à la révélation lundi soir d'échantillons de Laurent Jalabert positifs à l'EPO sur le Tour 1998, a fini d'irriter le monde du vélo, lassé des amalgames avec cette période sombre.

"C'est sûr que lui n'aurait jamais gagné sans se doper et je pense que du coup, il ne peut le concevoir autrement", a réagi sur France Inter et France Info le directeur du Tour, Christian Prudhomme, en soulignant qu'Armstrong avait originellement un profil pour les courses d'un jour et pas pour les courses par étapes.
                          
"Suspicion permanente"

"Il y a eu une époque maudite (...) Mais quand on voit ce qui s'est passé l'an dernier avec Thibaut Pinot qui, à 22 ans, a réussi à gagner une étape et à finir dans les dix premiers, ce qui n'était pas arrivé depuis 1947, ça veut dire aussi quelque chose", a-t-il insisté.

Le quintuple vainqueur Bernard Hinault, qui avait déjà dénoncé une volonté de "tuer le Tour" deux jours plus tôt, s'est emporté sur BFM TV. "Il faut arrêter de penser que tous les coureurs cyclistes sont des voyous, des drogués ! Ca me désole d'entendre tout ça. Je pense que quand les gens feront exactement ce qu'ils ont à faire, c'est-à-dire de vrais contrôles dans tous les sports, on va rigoler cinq minutes", a tonné l'ancien coureur, aujourd'hui dans l'organisation.

"Arrêtons de dire que c'est culturel, merde ! C'est pas possible ! Il y a plein d'autres jeunes coureurs qui sont passés au contrôle et qui n'ont pas été pris ! (...) La suspicion est en permanence. Pensez à autre chose", a-t-il ajouté avant de mettre un brusque terme à l'entretien en duplex depuis Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), d'où s'élancera le Tour cesamedi 29 juin.

Chez les coureurs, le ras-le-bol s'est essentiellement manifesté par le silence. La plupart a refusé de commenter les propos d'Armstrong pour ne pas alimenter la polémique.
L'équipe britannique Sky, employeur du dernier vainqueur du Tour, Bradley Wiggins, et qui compte dans ses rangs le grand favori de l'édition 2013, Chris Froome, a également opposé un "no comment" aux sollicitations des journalistes.
                         
Evans: "Je pense le contraire"

Interrogé sur le sujet lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-départ de son équipe BMC, le vainqueur du Tour de France 2011, Cadel Evans, a répondu: "Je pense le contraire (d'Armstrong), je suis la preuve que ce n'est pas vrai".

"J'en suis sûr (qu'on peut gagner sans se doper) parce que je l'ai fait, a-t-il insisté. Je ne vais pas gaspiller de l'énergie à m'énerver".

Interrogé sur un nouveau Tour "éclipsé" par le dopage, l'Australien a rétorqué: "Eclipsé ou obscurci par l'attention des médias ? Moi, je m'entraîne tous les jours et je n'y pense pas."

Son équipier, le champion du monde du monde Philippe Gilbert, a également pointé la responsabilité des journalistes: "C'est l'importance que vous lui donnez qui est dérangeante. Si les médias ne réagissaient pas, il n'y aurait pas tant de problèmes. Mais ça fait vendre du papier..."

Sur le même sujet

Corse : signature de la 4e convention tripartite entre l’État, la collectivité et l’université 

Les + Lus