Nouvelle interpellation en Corse dans l'enquête sur la mort de l'avocat Sollacaro

Un an, jour pour jour après l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro, le 16 octobre 2012 à Ajaccio (Corse-du-Sud), un homme a été interpellé mercredi par la police, a-t-on indiqué de source proche de l'enquête.

Maître Sollacaro, 63 ans avait été tué par balles par un tueur en moto, le 16 octobre 2012 à Ajaccio
Maître Sollacaro, 63 ans avait été tué par balles par un tueur en moto, le 16 octobre 2012 à Ajaccio © VINCENT BEAUME / AFP

Un proche de la "bande du Petit Bar"

Trois hommes ont déjà été mis en examen dans cette affaire et un quatrième homme, décrit comme "proche de la bande du Petit Bar", a été interpellé mercredi matin à Ajaccio, a précisé cette source.

Me Sollacaro, qui fut l'un des plus brillants avocats pénalistes de Corse, défenseur notamment d'Yvan Colonna condamné à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac, avait été tué par balles, dans la station-service où il s'arrêtait chaque matin pour acheter son journal, par deux tueurs en moto.

Peu d'éléments ont filtré depuis de l'instruction conduite par la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirs, chargée des affaire de grand banditisme) sur le mobile et les commanditaires de cet assassinat qui provoqua une onde de choc en Corse et sur le continent.

Membres présumés d'une bande criminelle dite du "Petit Bar", du nom d'un ancien café ajaccien, Pascal Porri, 40 ans, André Bacchiolelli, 45 ans, et Mickaël Ettori, 39 ans, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs et recel de vol aggravé en bande organisée.

Le premier, qui était en liberté surveillée sous bracelet électronique à Paris le jour du crime a été remis en liberté, puis de nouveau incarcéré pour une autre affaire. Les deux autres sont toujours en détention provisoire, ayant été mis en examen pour assassinat en bande organisée.

Hommage du barreau d'Ajaccio​

Les avocats d'Ajaccio ont rendu mercredi hommage à l'ancien bâtonnier Antoine Sollaccaro, assassiné à 63 ans il y a tout juste un an dans la cité impériale. 

"Le 16 octobre 2012, un avocat désarmé était la proie de la folie criminelle", a déclaré le bâtonnier d'Ajaccio, Marc Maroselli, lors d'un rassemblement devant le palais de justice.

Il a ensuite appelé les quelque 150 avocats, revêtus de leur robe noire, et les nombreux magistrats et fonctionnaires de justice présents à observer une minute de silence.

La fille du défunt, Anna-Maria Sollacaro, avocate comme son frère aîné Paul, retenu à Nice où il a son cabinet, et leur mère, Janine Sollacaro, ont participé à cet hommage.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
banditisme
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter