• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse: deux des plus grosses casernes de gendarmerie attaquées à la roquette

05/12/13 - Le tir de roquette a touché la facade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie de Bastia / © GERARD BALDOCCHI / MAXPPP
05/12/13 - Le tir de roquette a touché la facade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie de Bastia / © GERARD BALDOCCHI / MAXPPP

Deux fortes déflagrations ont été entendues en début de soirée jeudi 5 décembre près de la caserne de gendarmerie Battesti à Ajaccio (Corse-du-Sud) et du quartier de Montesoro à Bastia (Haute-Corse). Il s'agit de deux tirs de roquettes quasi simultanés. 

Par Grégoire Bézie

Les faits se sont produits peu avant 20h jeudi soir, simultanément dans les deux départements de l'île.

C'est depuis la rue qui longe la gendarmerie de Montesoro à Bastia, que le premier tir de roquette semble avoir été effectué, à une heure où la circulation est encore importante. 

L'ogive à tête inerte est allée frapper la façade aux vitres blindées du groupement de gendarmerie, juste au dessus du mur d'enceinte, sans toutefois parvenir à percer le blindage. Des gendarmes travaillaient à l'étage en dessous, ils n'ont pas été blessés. 

Au même moment, dans le quartier du Loretto à Ajaccio où se trouve la caserne Battesti abritant la gendarmerie, une roquette a endommagé un véhicule tout près du bâtiment abritant les familles. Là aussi aucun blessé n'est à déplorer.

Ces édifices sont particulièrement surveillés et équipés de moyens très perfectionnés de surveillance, notamment d'importants réseaux de caméras. Le quartier Battesti est le siège de la région de gendarmerie en Corse et abrite notamment l'état-major.
DMCloud:134235
Tirs de roquettes contre deux gendarmeries
Dominique Alzeari, procureur de la République à Bastia; Christophe Mirmand, préfet de Corse

Ces deux actions - qui interviennent après une série d'interpellations pour des attentats revendiqués par le FLNC-UC - n'ont été ni revendiquées ni signées. D'importantes mesures de sécurité ont été prises autour des installations militaires.

Le parquet anti-terroriste de Paris s'est saisi des deux attentats avec la co-saisine de la section de recherche de la gendarmerie, de la police judiciaire et de la sous-direction anti-terroriste de la PJ parisienne.

L'importance du dispositif policier et de gendarmerie permanent dans l'ensemble de la Corse souligne l'audace des auteurs de ces attentats.

Avec quelque 1.200 personnels dotés des équipements les plus perfectionnés et fréquemment renforcés par des spécialistes, notamment du GIGN, la gendarmerie dispose notamment d'un effectif particulièrement conséquent pour une population de 306.000 habitants.

Deux des plus grosses casernes de gendarmerie de Corse attaquées à la roquette

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : inquiétudes et questionnements autour du futur plan local d’urbanisme

Les + Lus