• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bastia : dix huit mois de prison ferme pour des agressions sexuelles

ILLUSTRATION - Maison d'arrêt de Borgo (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA
ILLUSTRATION - Maison d'arrêt de Borgo (Haute-Corse) / © FTVIASTELLA

Le tribunal correctionnel de Bastia (Haute-Corse) a condamné mardi 10 juin, Jean-Sébastien Hilt, 22 ans, à vingt-quatre mois de prison dont six avec sursis pour avoir commis des agressions sexuelles sur cinq jeunes femmes, ces trois derniers mois à Bastia.

Par Grégoire Bézie

Les magistrats l’ont également condamné pour outrage et violence contre deux policiers lors de sa garde-à-vue.

Le procureur Alain Octuvon-Bazile avait demandé une expertise médicale complète, où à défaut que le tribunal entre en voie de condamnation, réclamant 24 mois de prison dont huit avec sursis, 36 mois de mise à l'épreuve et un suivi médical.

Lors du procès qui s’est déroulé pendant près de quatre heures mardi après-midi, les parties civiles ont insisté sur le traumatisme des six victimes. Cinq d'entre elles ont reconnu en Jean-Sébastien Hilt, leur agresseur, lors des faits survenus dans le quartier de Toga, en l’espace de trois mois, de mars à juin.

Décrit comme "n'ayant pas toutes ses facultés mentales mais responsable de ses actes", le jeune homme a toujours nié les faits. "Si j'avais touché une fille, je m'en souviendrais". Peu convainquant pour les magistrats qui l’ont reconnu coupable de cinq agressions sexuelles sur les six qui lui étaient reprochées. L’une des victimes a été déboutée. 

18 mois de prison ferme pour agressions sexuelles
Me Marie-Pierre Finalteri, avocate de trois victimes; Me Stéphanie Lombardo, avocate de Jean-Sébastien Hilt

Trois jeunes femmes avaient porté plainte début juin après avoir été suivies et touchées "au derrière" de façon plus ou moins violente. L’affaire avait alors fait grand bruit notamment sur les réseaux sociaux, où la photo du suspect avait été partagée par l’une des victimes présumées.

Le jeune homme, laissé libre dans l’attente de sa comparution, avait finalement été placé en détention provisoire pour sa propre sécurité. D’autant que trois nouvelles plaintes avaient été déposées pour des faits similaires.

Le prévenu a été placé en détention à la maison d’arrêt de Borgo.

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : signature de la 4e convention tripartite entre l’État, la collectivité et l’université 

Les + Lus