Cet article date de plus de 7 ans

Violences en marge de Bastia-OM : que risque le SCB ?

Au lendemain des incidents qui ont émaillés la rencontre entre Bastia et l'OM, blessant 44 policiers et gendarmes selon le ministère de l'intérieur, que risque le SCB? Un ou plusieurs match à huis clos? Une simple amende? Une interdiction de déplacement de ses supporters? La réponse en deux exemples
Que risque le Sporting Club de Bastia au lendemain des incidents qui ont émaillés la rencontre contre l’OM, blessant ou contusionnant 44 policiers et gendarmes selon le ministère de l'intérieur ? "Des sanctions sportives" assure le porte-parole de la place Beauvau, interviewé ce matin sur France Info. Mais de quelle nature ?

Pour répondre à cette question, deux cas –récents- nous semblent intéressants. Le derby entre le FC Metz et l’AS Nancy Lorraine qui s’est joué, en ligue 2, le 24 septembre 2013 et qui a dégénéré en affrontement entre les supporters nancéiens et une partie du public messin. Et la rencontre Nice - Saint-Etienne en novembre 2013, avant laquelle les supporters stéphanois se sont battus avec des supporters et des stadiers niçois, blessant 10 personnes.

En s’inspirant de ces deux exemples, le SCB pourrait bien risquer :

Un ou plusieurs matchs à huis clos

Les deux équipes à l’origine des troubles –Saint-Etienne et Nancy- ont toutes les deux écopées de cette sanction. Et le SCB pourrait bien la connaître, lui aussi. Pour l’AS Nancy, c’est le match retour, face à Metz, qui avait été interdit au public. L’AS Saint-Etienne s’était elle vue condamnée à deux matchs à huis-clos partiels avec sursis, transformés en deux matchs ferme de huis-clos partiel en appel.

Une lourde amende

En sa qualité de "club organisateur" de la rencontre le SC Bastia devra sûrement s’acquitter d’une lourde amende. Comme a du s’y plier l’OGC Nice, après les débordements occasionnés par les supporters stéphanois dans l’Allianz Arena. Le club niçois avait du régler 15 000 euros. Puni aussi, le FC Metz, obligé de payer 20 000 euros en réparation de la réaction de ses supporters qui avaient, eux aussi, fait voler des sièges sur les spectateurs nancéiens.

Une interdiction de déplacement de ses supporters

Ce sera peut-être la première sanction dont écopera le club bastiais, parce qu’elle peut être prise avant qu’une instruction ne soit ouverte par la commission de discipline de la LFP. Après les incidents entre Nice et Saint-Etienne, la commission des compétitions de la LFP avait ainsi décidé d’interdire tout déplacement aux supporters stéphanois jusqu’à la fin de l’année 2013.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence