• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire du domaine de Murtoli : le jugement mis en délibéré

© France 3 Corse
© France 3 Corse

Le domaine de Murtoli devant la Justice pour avoir récupéré du sable sur un espace protégé. Devant le tribunal d'Ajaccio ce vendredi, le gérant de Murtoli Paul Canarelli, ne s'est pas présenté. Tout comme l'avocat de la partie civile. Le jugement a été mis en délibéré.

Par France 3 Corse

Le tribunal n'a pas suivi les demandes de la défense et a demandé vendredi, un retour sur le fond de l'affaire. Il est reproché à Paul Canaralli d'embellir le domaine de Murtoli au détriment d'une réserve naturelle.

En 2013, il aurait fait extraire 2100 mètres cube de sable sur une zone biotope, un écosystème très protégé. Il aurait aussi porté atteinte à des animaux et des végétaux sur cette même zone. Aujourd'hui le prévenu ne s'est pas rendu à son audience devant le tribunal correctionnel d'ajaccio où il devait comparaître au nom de sa société domaine de murtoli. Ses avocats demandent au tribunal la nullité de la procédure.

"Le tribunal a eu l'air intéressé par la question de la régularité des constatations faites par les fonctionnaires de l'environnement. On soutient qu'ils ont irrégulièrement pénétré dans la propriété du domaine privée de Murtoli pour effectuer ces constatations" indique Maître Philippe Dehapiot, l'avocat de Paul Canarelli.

Pour la défense, leur client ignorait le classement de sa propriété en zone biotope. "Le problème, c'est que la réglementation dans le domaine environnemental est extrêmement complexe. Je trouve délicat de remettre en cause du jour au lendemain des pratiques ancestrales sous prétexte d'une méconnaissance de prescrisption qui sont très spécifiques et que tout le monde ignore" déclare maître François Susini, avocat de Paul Canarelli.

L'association de défense de l'environement U levante, partie civile, n'était pas représentée. Joint par téléphone son avocat benoit Busson a dit ne pas comprendre pourquoi Paul Canarelli n'avait pas été appelé devant le tribunal en son nom propre. Avant d'ajouter qu'il comptait rebatir un dossier viable et relancer une nouvelle procédure pour les même faits.

Lors de l'audience, seul l'etat était représenté par les service de la direction régionale de protection de l'environnement. Le parquet réclame 30 000 euros d'amende à l'encontre de la société domaine de Murtoli et 10 000 euros pour Paul Canarelli. La décision est prévue le 11 décembre prochain.


justice

 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus