Assemblée de Corse : le rapport sur la programmation pluriannuelle de l’énergie adopté

L'Assemblée de Corse se réengage en faveur d'une autonomie énergique de l'île à l'horizon 2050. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
L'Assemblée de Corse se réengage en faveur d'une autonomie énergique de l'île à l'horizon 2050. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

L'Assemblée de Corse se réengage en faveur d'une autonomie énergique de l'île à l'horizon 2050. Les conseillers territoriaux ont voté ce vendredi, à l'unanimité, en faveur du rapport sur la programmation pluriannuel de l'énergie. 

Par France 3 Corse ViaStella

« La nouvelle PPE [programmation pluriannuelle de l’énergie], période 2020-2028, va être un investissement global de cinq milliards d’euros en Corse », lance Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse à la tribune de l’Assemblée. 

Un chiffre qui a pour objectif l’autonomie énergétique en 2050, exclusivement avec des énergies nouvelles renouvelables. 
 
Assemblée de Corse : le rapport sur la programmation pluriannuelle de l’énergie adopté
Intervenants - Gilles Simeoni, Président du conseil exécutif ; Xavier Lacombe, Conseiller territorial " Per l'avvene " ; Jean-Françopis Casalta, Conseiller territorial P.N.C. ; Julien Paolini, Conseiller territorial " Femu a Corsica " ; Jean-Charles Orsucci, Président du groupe Andà per dumane ; Jean-Françopis Casalta, Conseiller territorial PNC Equipe - Dominique Moret ; Marc-Antoine Renucci ; Fabien Bernardi.


En attendant, il faudra construire une nouvelle centrale thermique à Ajaccio. Les engagements d’EDF et de l’État éveillent quelques doutes dans les sièges de l’hémicycle, comme c’est le cas pour Xavier Lacombe, conseiller territorial « Per l'avvene ». 
 

Développement des énergies renouvelables


Plus petite que prévu, avec des évolutions technologiques qui permettront d’acheminer à moindre coût le gaz naturel, la centrale devrait coûter moins cher. L’État s’est engagé à ce que les économies réalisées soient réinvesties dans le développement des énergies renouvelables. 

 


L'autre pilier de la stratégie : la maîtrise de la demande d'énergie. La consommation devra baisser de deux tiers. Pour cela, des fonds sont alloués par un mécanisme de péréquation nationale. Le texte a été adopté à l'unanimité.

Désormais, la balle est dans le camp d'EDF et de l'État.


 

Sur le même sujet

Les + Lus