Assemblée de Corse : regain de tensions entre la majorité territoriale et l’État

Ce jeudi 23 mai, à l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse a attaqué l’attitude de l’État face à la situation de tensions que connaît l’île ces derniers mois. Il a eu des mots très durs et très fermes. 

Ce jeudi 23 mai, à l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse a attaqué l’attitude de l’État
Ce jeudi 23 mai, à l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse a attaqué l’attitude de l’État © FTVIASTELLA
Incendies de paillotes et d’exploitations agricoles, attentats, meurtres, pour Gilles Simeoni quand le contexte nécessite de l’apaisement, l’État doit être vigilant à ne pas compromettre la paix civile

 

« Entre 2015 et 2017, il n’y avait plus d’espace politique, ni sociétal pour ce type de dérives. On est en train de construire en Corse une situation explosive, une situation dangereuse, qui va échapper ou qui risque d’échapper à tout contrôle », lance Gilles Simeoni dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse ce jeudi 23 mai. 


Prise de parole de Gilles Simeoni à l'Assemblée de Corse :

Les deux groupes de droite, eux, s’inquiètent de la montée des tensions entre la préfète de Corse et les nationalistes. Les conseillers de l’opposition estiment que le langage employé est lourd de sens.

 
Assemblée de Corse : regain de tensions entre la majorité territoriale et l’État


L’exécutif est accusé de faire diversion pour éviter de parler du bilan concret de l’Assemblée. « ‘Recours scandaleux’, ‘guérilla’, ‘déclaration de guerre’, ‘volonté néfaste’, ‘dérive funeste’, ‘croisade’, ‘offensive’, couronnée par je cite : ‘un assassinat politique’. Je pense que ces mots percutent dans l’opinion », estime Jean-Martin Mondoloni, président du groupe Per l’avvene à l’Assemblée de Corse. 
 

Apaiser les esprits


Pour le groupe Andà per Dumane, il convient d’apaiser les esprits du côté de la majorité territoriale, comme du côté de l’État. « Chacun va se renvoyer la balle. Je crois que quand on veut trouver une solution, il faut être deux. Aujourd’hui, s’il n’y a pas de solution, le problème ne se situe pas entre la majorité et l’État, mais pour les dégâts collatéraux, pour les communes, les citoyens de cette île. Je crois qu’aujourd’hui, il faut que chacun revienne à la raison », soutient Jean-Charles Orsucci, président du groupe Andà per Dumane à l’Assemblée de Corse. 


Entretien avec Gilles Simeoni :
Entretien avec Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse (23/05)

Les rapports sur la charte de l’emploi local et le plan d’aménagement et de développement durable de la Corse, particulièrement clivant avec l’État sont attendus dans la soirée de jeudi. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique assemblée de corse
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter